Actualité

1er Baromètre Gamned : Tout sur le programmatique en Suisse

Si de nombreuses études internationales existent sur le programmatique, jamais le marché suisse n’y est apparu ou n’a eu d’éclairage digne de ce nom le concernant. Données incomplètes, marché trop petit : les freins à sa réalisation sont nombreux. Fort de ce constat, Gamned a décidé de lancer son tout premier baromètre en ce début d’année, afin de définir l’état du marché, le niveau de connaissance et les usages des professionnels du digital. Voici les résultats:

Les données de l’étude : un baromètre à l’échelle nationale

Réalisé à l’échelle nationale, le baromètre Gamned a réuni quelque 460 participants, dont deux tiers en Suisse romande (316, contre 144 en Suisse alémanique). Parmi eux, deux tiers des répondants étaient des annonceurs, le reste étant des agences.

Utilisation et connaissance : le programmatique bien connu mais mal compris

Sur l’ensemble des participants, plus de la moitié utilisent le programmatique. On notera sa plus forte utilisation dans la partie alémanique, où elle monte à 75% contre 51% en Suisse romande. En outre, 89% des répondants déclarent connaître le programmatique. Or, il existe un certain écart entre sa connaissance et sa compréhension, puisque seul un tiers d’entre eux en donne une définition correcte. Pour les utilisateurs du programmatique, la grande majorité (78%) le font via une agence.

Avantages et inconvénients : la complexité du fonctionnement toujours mise en cause

Quatre avantages majeurs sont identifiés par les répondants. En première position viennent les différentes possibilités de ciblage, avec 17%. Vient ensuite l’optimisation en temps réel, qui recueille 16% de réponses. Enfin, l’automatisation des campagnes et l’augmentation des performances ferment ensemble le podium avec 13% chacun. De l’autre côté, le top 3 des inconvénients est composé de la complexité du fonctionnement, qui vient en première position avec 31% de réponses, suivi de la qualité de l’inventaire (20%) et des questions de brand safety (18%).

Investissements et stratégies : taux de satisfaction élevé

La part du budget consacré au digital partant dans le programmatique se monte à 35% au niveau national. Une différence est toutefois notable entre les régions linguistiques, puisque les Alémaniques y consacrent une plus grande part que les Romands (43% contre 30%). Le mobile tient une place de choix dans les investissements programmatiques, puisque la moitié d’entre eux y sont consacrés. Au niveau des stratégies utilisées, le display vient en première position (43%), suivi des réseaux sociaux (28%), de la vidéo (24%) et de l’audio (5%). Quelques attentes subsistent du côté des répondants : 18% souhaitent avoir de meilleurs outils de mesure de la visibilité des impressions. Des reportings plus complets et des nouveaux formats plus interactifs retiennent 17% des voix, quand une meilleure personnalisation des messages en recueille 16%. De manière générale, on observe un taux de satisfaction élevé, avec 83% des utilisateurs du programmatique satisfaits des résultats obtenus par leur campagne. Ce chiffre est confirmé par les volontés d’investir encore plus dans le programmatique à l’avenir : 9 répondants sur 10 envisagent d’augmenter leurs investissements en 2020 ; et trois quarts de ceux qui ne l’utilisent pas sont prêts à investir dans cette technologie.

Tags
Voir plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close