Actualité

1er semestre 2013 en négatif pour PubliGroupe

Arndt C. Groth, CEO de PubliGroupe: “Les résultats de PubliGroupe au premier semestre 2013 sont très décevants. Media Sales, en particulier, est loin de la reprise espérée. Les deux autres secteurs d’activité que sont Search & Find et DMS affichent des résultats conformes aux attentes; ils ont poursuivi le développement de leurs activités en ligne et mobile et renforcé leur position sur leurs marchés respectifs. L’allègement des fonctions centrales s’est poursuivi. Le conseil d’administration de PubliGroupe et sa direction sont parfaitement conscients que le repositionnement de Publicitas va nécessiter plus de temps et d’investissements et qu’il n’est pas réaliste d’envisager un turnaround en 2013. De nouveaux investissements seront donc nécessaires pour réaliser une place du marché automatisée véritablement innovante en 2014.”

Chiffre d’affaires net de CHF 122.5 millions pour le premier semestre 2013
Le résultat net s’établit à CHF -9.5 millions contre CHF 10.8 millions sur les six premiers mois de 2012. Par rapport à l’année précédente, cette chute et la perte nette qui en découle sont principalement dues à trois éléments: le résultat négatif de Media Sales, le report au second semestre d’une large part des bénéfices du secteur Search & Find, qui réalise de bonnes performances, et l’absence des gains hors exploitation liés à des cessions d’actifs qui avaient atteint CHF 13.4 millions en 2012, lorsque les cessions de Namics et de la société associée Südostschweiz Publicitas avaient respectivement rapporté CHF 10.3 millions et CHF 3.1 millions.

Le résultat d’exploitation est de CHF -9.9 millions (CHF 2.3 millions au premier semestre de l’année précédente).
Le chiffre d’affaires net a baissé de CHF 152.3 millions au premier semestre 2012 à CHF 122.5 millions au premier semestre 2013. Le recul des recettes de Media Sales (-10%) et de DMS (-79%) en raison de la vente de Namics (cédée à sa direction en juin 2012) a pour conséquence un chiffre d’affaires plus restreint au niveau du groupe.

Total des volumes facturés aux clients : à CHF 518.9 millions contre CHF 582.6 millions en 2012 (-11%).
Le bilan du Groupe demeure sain même s’il est en diminution en raison du programme de rachat d’actions (CHF 25.2 millions), du versement de dividendes (CHF 22.1 millions) et de la perte semestrielle. Au 30 juin 2013, les fonds propres du groupe s’élevaient à CHF 137.3 millions (contre CHF 195.6 millions fin 2012), soit 29% de ses actifs.

Résultats de Search & Find et DMS conformes aux prévisions, perte pour Media Sales
Les chiffres d’affaires online de Search & Find ont poursuivi leur hausse à deux chiffres (+15%). Toutefois, du fait de la fusion des activités Pages Blanches et Pages Jaunes dans les «Local Guide» et des impacts induits par le planning de publication sur la saisonnalité des revenus, une large part des bénéfices de Search & Find sont reportés vers la seconde moitié de 2013; au final, le résultat 2013 devrait atteindre l’ordre de grandeur de celui de 2012. En raison de ce facteur saisonnier, le résultat net du secteur d’activité s’inscrit momentanément en recul, passant de CHF 10.5 millions en 2012 à CHF 4.4 millions à la fin du premier semestre 2013.

DMS a dégagé un résultat net de CHF 0.7 million contre CHF 11.8 millions en 2012, année durant laquelle DMS a bénéficié de la cession de Namics dégageant un bénéfice comptable de CHF 10.3 millions. Les coûts de lancement et de développement consentis dans les sociétés Improve Digital – acquise en décembre 2012 – et Spree7 ont aussi pesé sur le résultat. Durant la période sous revue, les résultats de Zanox (47.5% PubliGroupe) sont du même ordre que ceux du premier semestre 2012.

Media Sales affiche une perte nette de CHF -9.0 millions (CHF -5.5 millions pour le 1er semestre 2012, au bénéfice d’un gain hors exploitation de CHF 3.1 millions sur la vente de la part dans la société associée Südostschweiz Publicitas AG); ceci est dû à une chute du marché des médias imprimés plus lourde que prévue, à hauteur de ~12% (incluant les journaux quotidiens et hebdomadaires, la presse dominicale, la presse financière et économique), alors que Publicitas avait tablé sur un recul de 8%. La forte baisse du secteur du print efface les progrès opérationnels déjà réalisés et les mesures nouvellement lancées. De plus, les nouvelles initiatives de croissance n’ont pas encore produits les effets escomptés.

Une stratégie condensée de Media Sales
Les piliers de la stratégie de Publicitas, définis sous l’égide d’Alain D. Bandle, CEO de Publicitas depuis mars 2013, visent à répondre aux défis du marché et à améliorer ses résultats commerciaux. Ils sont: automatisation totale pour devenir le leader en matière de coûts dans le domaine de la commercialisation des espaces publicitaires, développement d’un portefeuille médias complet, variabilité de manière à obtenir une base de coûts plus souple, recentrage sur les activités de base.

En raison de la situation financière et dans le cadre des mesures annoncées par la nouvelle direction de Publicitas, les effectifs seront réduits de 245 emplois à temps plein (ETP) d’ici le 1er trimestre 2014. 100 ETP seront supprimés en Suisse et 40 ETP seront supprimés en Europe. En outre, 125 ETP seront transférés hors du groupe en raison de la vente de la majorité des parts de Xentive et de la résiliation de certains contrats. Prenant en compte la légère augmentation des effectifs en Asie, au premier trimestre de 2014, Publicitas emploiera un peu moins de 800 collaborateurs (ETP) à travers le monde. L’année 2015 sera touchée par la résiliation du contrat exclusif passé avec NZZ Mediengruppe. Au 30 juin 2013, Media Sales comptait 1’030 collaborateurs (ETP) dans le monde (contre 1’128 fin juin 2012).

Le numérique en croissance dans le groupe
Les revenus dans le domaine du numérique ont globalement progressé de 26% dans le groupe. Tous les secteurs d’activité participent à cette croissance. Media Sales présente une progression de 10%. local.ch a enregistré une impressionnante augmentation de 15% au niveau de ses revenus online par rapport au premier semestre 2012. Zanox, dont le chiffre d’affaires n’est pas consolidé dans celui de PubliGroupe, atteint une progression de 4% sur un marché très compétitif, démontrant ainsi année après année sa capacité à se maintenir sur le chemin de la croissance.

Perspectives pour 2013
PubliGroupe s’attend à un maintien du contexte actuel et prévoit que la baisse du marché des médias imprimés de 12% va s’étendre sur toute l’année. Les secteurs numériques et mobiles vont progresser, mais sans pouvoir, loin de là, compenser les pertes du marché du print.

En termes de résultats pour les différents secteurs d’activité, le repositionnement de Publicitas demandera plus de temps et d’investissements. Les bénéfices de Search & Find vont en grande partie se déplacer sur le second semestre et le résultat sur l’année pleine devrait atteindre le même ordre de grandeur que celui de 2012. Et, comme prévu, les résultats de DMS vont reculer du fait des coûts de développement inhérents à Improve Digital, acquise en décembre 2012, et à Spree7.

Pour 2013 dans son ensemble, PubliGroupe anticipe un résultat d’exploitation autour de l’équilibre et un résultat net négatif de l’ordre de celui annoncé pour le premier semestre.

 

 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé