Actualité

46% des publicités numériques suisses sont placées sur des sites posant des problèmes d’image ou de sécurité

Etude commandité par IAB Suisse, LSA, ASA

Pour cette étude, réalisée au premier semestre 2020 par les associations IAB Suisse, Leading Swiss Agencies (LSA) et l’Association suisse des annonceurs (ASA) en coopération avec zulu5, plus d’un million de sites Internet nationaux et internationaux potentiellement préjudiciables aux marques ont été analysés. Il a été constaté qu’au cours du premier semestre 2020, 46 % des 100 plus grands annonceurs suisses ont placé des annonces dans des environnements numériques dont l’association pourrait être considérée comme nuisible à la marque respective.

La sécurité des marques est un sujet très pertinent pour ces associations publicitaires. En juillet, elles ont publié un livre blanc qui vise à créer une compréhension uniforme des termes utilisés dans la sécurité des marques. Le nouveau rapport établit une distinction entre la sécurité juridique (c’est-à-dire les environnements publicitaires qui enfreignent la loi ou les directives en matière de publicité) et l’adéquation à la marque, qui fait référence aux exigences de sécurité spécifiques à la marque. Au cours du premier semestre 2020, les robots d’indexation de zulu5 ont utilisé une approche “outside-in” pour scanner l’internet et passer au peigne fin les sites web afin de les auditer et d’identifier quelles publicités apparaissent sur les sites potentiellement nuisibles à la marque. L’analyse a montré que si de nombreux cas critiques pour la sécurité des marques ont été enregistrés, 54% des marques n’ont pas été ou peu exposées.

L’analyse des différentes industries a révélé que l’industrie des loisirs (y compris les jeux) était la plus exposée au risque de placer sa publicité numérique dans des environnements critiques pour la marque, suivie par les organisations caritatives et les plateformes sociales, les organisations liées au gouvernement, les organisations religieuses/spirituelles et l’éducation/la formation. En général, il a été observé que les annonceurs qui rediffusent des publicités dans l’espace numérique, poussés par les possibilités de changements de comportement des consommateurs induits par la Covid, courent un risque plus élevé de placer des publicités dans des environnements critiques pour la marque que les annonceurs numériques établis.

En général, il convient de noter que des progrès ont été réalisés depuis 2017 dans la réduction de l’exposition frauduleuse en raison de la pression internationale exercée sur les principales plateformes publicitaires (dont YouTube et Facebook). Toutefois, la question reste un défi constant également en Suisse. C’est pourquoi les associations de publicité continueront de rendre compte régulièrement de la situation en matière de sécurité des marques grâce à l’initiative de transparence. L’objectif devrait être d’atteindre une sécurité de la marque de 100 %, ce qui nécessite la coopération active de tous les acteurs concernés.

Rapport sur la sécurité des marques” (en allemand seulement)

 

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria" Réagissez à ce post en laissant vos commentaires ! Cominmag.ch c'est aussi Cominmag Live et en podcast

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé