TendancesStart-up

Agritech : La révolution verte est en marche

A l’approche du printemps, il m’a semblé intéressant de me pencher sur l’agritech. Si l’innovation dans l’agriculture ne fait pas encore autant rêver que les objets connectés, ses défis s’annoncent sans précédent, comme d’ailleurs les opportunités qu’elle présente aux entreprises suisses.

Avec près de 10 milliards d’êtres humains à nourrir en 2050 selon l’INED (Institut français d’études démographiques), l’agriculture devra se transformer pour produire plus, mieux et surtout avec moins de ressources. Ce secteur d’activité emploie 2 milliards de personnes et utilise 70% des surfaces cultivables dans le monde. Les enjeux sont colossaux.

Dans ce contexte, l’innovation technologique va jouer un rôle central. Heureusement l’agriculture a souvent été pionnière dans l’utilisation de technologies visant à augmenter sa productivité ou à réduire ses coûts. C’est grâce à l’agritech que ces défis pourront être relevés. Sur Wikipedia, on peut lire que l’agritech est l’utilisation de la technologie dans l’agriculture, l’horticulture et l’aquaculture, dans le but d’améliorer leur rendement, leur efficacité et leur rentabilité.

Parmi les start-ups romandes à l’avant-garde de l’agritech, on trouve ecoRobotix située à Y-Parc Yverdon. Pour son fondateur, Steve Tanner, l’idée a germé il y a 10 ans : il voulait rendre l’agriculture plus respectueuse de l’environnement en recourant à la haute technologie et à la robotique. La startup, révélée lors de la Nipconf 2014, a présenté un robot de désherbage autonome fonctionnant à l’énergie solaire qui réduit fortement l’utilisation de pesticides et simplifie la vie des agriculteurs.

Autre exemple, la start-up Combagroup, basée à l’Agropôle de Molondin, cultive des laitues par aéroponie, une technique hors-sol qui permet de réunir les mêmes conditions que lors d’une croissance en pleine terre avec des avantages bien réels, notamment une économie d’eau de l’ordre de 90% par rapport à une culture irriguée et une plus grande neutralité environnementale.

Le troisième exemple est aussi révélateur. Fondée en 2015 à l’EPFL, Gamaya met au service des agriculteurs une connaissance sans précédent de leurs terres et de la santé de leurs cultures. Les données récoltées par la startup à partir de drones permettent de détecter de manière précoce des maladies, des dommages aux cultures ou des carences en éléments nutritifs. Comme l’a démontré le projet-pilote mené dans des cultures de blé et de soja au Brésil, cette connaissance a permis aux exploitants des grands domaines agricoles d’augmenter la rentabilité de leurs champs, en réduisant fortement l’utilisation de pesticides et fertilisants et en minimisant les pertes liées aux maladies.

Gamaya, ecoRobotix et Combagroup participeront le vendredi 18 mars à une matinée Agritech organisée par Innovaud à l’EPFL.
. La première partie de l’événement sera consacrée à l’automatisation et la deuxième aux données, avec un accent particulier sur l’utilisation de données aériennes. Des spécialistes tels que Sensefly et Pix4D seront aussi présents à cette occasion. La matinée s’annonce passionnante. La révolution verte est bien en marche.

Crédit image : @Sensefly

Voir plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close