Actualité

#Article : Les nouveaux locaux de Havas Village Genève sont à l’image de la nouvelle organisation de travail de l’agence

Les mesures de restriction auront eu raison de la visite prévue dans les nouveaux locaux de l’agence Havas Village Genève à l’étage de l’horloge de la Poste centrale à deux pas de la gare Cornavin à Genève. Ce n’est que partie remise ! Grâce à Skype, l’entrevue a pu se faire avec la nouvelle tricéphale composée de Camille Delesalle, Directeur des Opérations (à droite); Gabriel Mauron, Directeur de la Création (au centre) et Jonathan Wojcik, Directeur du Développement (à gauche).

Que de changements dans cette agence réseau en moins de deux ans ! L’intégration d’Havas Genève dans le programme des « Villages » du réseau présidé par Yannick Bolloré et l’arrivée de profiles plus techniques et digitaux à la tête de l’agence ont permis incontestablement de faire basculer cette agence de publicité classique dans le monde de la communication numérique.

Une nuée de prix
Un bouleversement qui s’avère plus que positif comme en témoignent les nombreux prix remportés récemment : Meilleur du Web en Branding pour « WeArtGTG », Meilleur du Web Innovation pour « The Shape of the Future-EHL », Meilleur du Web User Expérience pour « Explore the EPFL » et la semaine dernière deux « Or » au Swiss Poster Award : un en Digital Out of Home pour « Airplane » de Canal + et Out of Home Innovation pour « Retard Gagnant » de Canal +.

Le développement digital n’explique pourtant pas tout. La recette gagnante est, selon ce triumvirat, la bonne intégration entre l’exigence créative avec une forte connaissance média associée à une maîtrise technologique. Et pour s’assurer que cet équilibre est bien respecté, tous les briefs passent d’abord par les mains de ces trois professionnels. A eux d’organiser des équipes ad-hoc en fonction des besoins des mandats qui resteront sous la supervision d’un des trois. « Nous sommes convaincus de l’importance de la séniorité. » Un pilotage d’autant plus nécessaire que les équipes sont autant à Genève qu’à Zurich. « Nous pouvons compter sur 30 collaborateurs en Suisse romande et sur une bonne cinquantaine sur les bords de la Limmat sans parler de toutes les compétences du réseau. » Un réservoir de talents qui permet de pouvoir répondre à n’importe quelle demande client. « Notre modèle est très souple, promet Camille Delesalle, notre méthode de travail est très agile. »

Formation et partage de connaissances
Mais à pouvoir compter sur tant de compétences et de ressources, ne passe-t-on pas son temps à déshabiller Paul pour habiller Jean ? « En aucune façon, promet Gabriel Mauron, l’idée n’est pas de faire notre marché à l’international, nous avons le souci de permettre à nos collaborateurs maison d’augmenter leur niveau de compétences tant sur les développements digitaux que dans leur cœur de métier. Nous avons tous à apprendre les uns des autres. »

Comment ont-ils réussi à faire changer l’image de l’agence en si peu de temps ? « Notre ambition relève Jonathan Wojcik est d’apporter quelque chose de différent, de qualitatif et surtout de pertinent dans tous nos mandats. » De la réalité augmentée pour la dernière campagne d’Action Innocence, une maquette en 3D pour l’EHL, un rapport 100% digital pour l’EPFL, etc. « Mais, prévient-il, l’innovation, l’esthétisme, l’expérience utilisateur doivent également aller de pair avec la performance !” D’où l’importance d’impliquer également les clients dans le processus de création et technique. « La configuration de nos nouveaux locaux a été pensée de manière à pouvoir intégrer ponctuellement des équipes envoyées par nos clients le temps de la mise en place du projet. Un échange essentiel pour comprendre non seulement les besoins tout en impliquant ces équipes externes qui pourront ainsi s’approprier et diffuser à l’interne de l’entreprise la nouvelle orientation mise en place. « Cette manière de travailler, propre au modèle Village que nous avons construit, poursuit Jonathan Wojcik offre également l’avantage de la réactivité. On gagne en efficience. »

Comment l’agence s’adapte-elle à la situation actuelle ?
« Le télétravail n’est pas une nouveauté pour notre agence, relève Camille Delesalle. Les équipes sont opérationnelles. » La question ici (comme partout) est de savoir combien de temps le confinement de l’économie va durer. « Certaines campagnes sont à l’arrêt mais d’autres pourraient voir le jour en fonction de l’évolution de la situation. » Donc tout le monde est sur le front. Côté planning média, l’inquiétude est moindre : « ce qui peut être reporté, l’a été. L’espace non utilisé mais vendu sera utilisé ultérieurement. Si tout ceci dure trois mois, nous arriverons à nous relever sans trop de dégâts, au-delà c’est l’inconnu… »

Les clients de l’agence
La Poste, Hyundai, Dr. Oetker, Freixenet, Bel Suisse, UEFA et le magazine Générations ont continué en 2020 à faire confiance à l’agence ou ont rejoint  les villages de Genève et Zürich pour la première fois.

   

 

 

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer