Actualité

Avec Google News Showcase, les rédactions proposent leurs contenus et les lecteurs font leur propre journal.

Solution ou traquenard ?

Google va investir un milliard de dollars dans les partenariats avec les éditeurs de presse. Cet engagement financier – le plus important à ce jour – permettra de payer les éditeurs pour qu’ils créent et conservent un contenu de haute qualité pour un autre type d’information en ligne. Google News Showcase est un nouveau produit qui profitera à la fois aux éditeurs et aux lecteurs : Il propose la mise en place de salles de rédaction de titres premium pour donner aux lecteurs un meilleur aperçu des sujets qui comptent et, ce faisant, il aide ces éditeurs à développer des relations plus approfondies avec leur public.

Google News Showcase sera lancé en Allemagne et au Brésil dès aujourd’hui et sera étendu à d’autres pays au fil du temps. Près de 200 publications de premier plan en Allemagne, au Brésil, en Argentine, au Canada, au Royaume-Uni et en Australie. Ces publications comprennent des titres nationaux primés comme Der Spiegel, Stern, Die Zeit, Folha de S.Paulo, Band et Infobae, ainsi que des publications importantes au niveau régional et local comme El Litoral, GZH, WAZ et SooToday. Le nombre de publications d’actualités augmentera à mesure que nous travaillerons à l’extension de News Showcase à d’autres pays, dont l’Inde, la Belgique et les Pays-Bas.

News Showcase est composé de panneaux d’information qui apparaîtront dans un premier temps dans Google News sur Android. Le produit sera bientôt lancé sur Google News sur iOS, et viendra à l’avenir dans Google Discover and Search. Ces panels donnent aux éditeurs participants la possibilité de regrouper les articles qui apparaissent dans les fils d’actualité de Google, ce qui permet d’approfondir les récits et de les replacer dans leur contexte grâce à des éléments tels que la chronologie, les puces et les articles connexes. D’autres éléments tels que la vidéo, l’audio et les briefings quotidiens viendront ensuite.

Cette approche s’appuie sur les choix éditoriaux que font les éditeurs individuels quant aux histoires à montrer aux lecteurs et à la manière de les présenter.

Solution ou traquenard ? 
Les deux mon Général ! Quels sont les éditeurs qui peuvent aujourd’hui d’une telle manne ? Et par ailleurs, les internautes ne font-ils pas quotidiennement déjà leur propre curation de nouvelles ? Comme le faisait remarquer très judicieusement Pierre Chappaz, executive chaiman de Teads, sur LinkedIn “Google est devenu l’éditeur global et les éditeurs sont devenus leurs fournisseurs de contenus. Ce qui change c’est que ces rédactions sont tellement exangues quelles doivent être maintenues par celui qui a pillé leurs revenus publicitaires. Un prêté pour un rendu ! Mais lorsque Google contrôlera les titres mondiaux, qui dictera la ligne éditoriale ??

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria" Réagissez à ce post en laissant vos commentaires ! Cominmag.ch c'est aussi Cominmag Live et en podcast

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch
Daily Newsletter