Articles

Charte de bonne conduite

En mai 2018, l’association World Federation of Advertisers (WFA), dont l’ASA est membre, a lancé une nouvelle liste de revendications vis-à-vis de l’industrie du numérique.

L’ASA et quelque 60 autres associations nationales d’annonceurs membres de la WFA soutiennent cette initiative. À travers cette démarche commune, les associations attendent des progrès par rapport aux défis auxquels elles font face, tant au niveau international que local.

Voici les huit demandes, qui s’adressent à la fois aux agences, aux sociétés AdTech, aux entreprises médias, aux éditeurs, aux plateformes et aux annonceurs :

1. Tolérance zéro à l’ad fraud et compensation pour toute violation : une procédure simplifiée pour rembourser tous les investissements médias – y compris les frais et les commissions – qui se retrouvent associés à un trafic invalide et/ou à des impressions de provenance non humaine. Les annonceurs cherchent à utiliser des solutions de vérification tierces accréditées pour évaluer l’exposition à l’ad fraud.

2. Protection stricte du brand safety : les annonceurs exigent des plateformes et des éditeurs qu’ils assument la responsabilité du contenu diffusé sur leurs sites et prennent des mesures de sécurité exhaustives et rigoureuses quant aux différents comptes et canaux pouvant héberger des publicités payantes. Les annonceurs s’engagent à ne pas consentir d’investissements médias sur des plateformes de contenu qui respectent mal ou transgressent les lois sur la propriété intellectuelle, et sur des sites responsables de désinformation ou diffusant des fake news.

3. Seuils minimums de visibilité : les éditeurs doivent donner la possibilité aux annonceurs de négocier le niveau de visibilité approprié pour leurs activités et, si désiré, d’acheter jusqu’à 100% de visibilité pour leurs campagnes pendant la durée souhaitée. Les annonceurs acceptent que des standards de visibilité plus élevés puissent avoir un impact sur l’inventaire à disposition et la portée de la campagne.

4. Transparence tout au long de la chaîne d’approvisionnement : transparence totale à travers la chaîne d’approvisionnement (numérique ou autre), incluant la tarification et la négociation, les coûts et les commissions, le placement et l’utilisation des données. Les annonceurs respectent le droit des partenaires à être rentables et s’engagent à honorer des niveaux de rémunération appropriés et équitables pour les services rendus.

5. Vérification et mesure de performance par un tiers comme exigence minimale : les données auto-déclarées sont inacceptables. Les annonceurs exigent qu’un tiers puisse vérifier que les plateformes respectent les consignes en matière de visibilité, d’ad fraud, de brand safety et de correspondance à la cible. Les annonceurs s’engagent à donner la priorité aux sociétés tierces de diffusion et de vérification publicitaires qui sont auditées et certifiées par les organismes compétents reconnus par l’industrie.

6. Suppression des problèmes de walled garden : les données et la technologie doivent être dissociées afin que les annonceurs puissent utiliser les plateformes de réservation tierces de leur choix. Les éditeurs et les plateformes doivent créer une solution capable d’agréger les données relatives au niveau d’impression des annonces et aux dépenses publicitaires sur le marché. Cela permet aux annonceurs d’analyser les dépenses médias dans leur secteur d’activités et chez leurs concurrents.

7. Standards plus élevés en matière de transparence des données : les partenaires de la chaîne d’approvisionnement de données doivent respecter les standards élevés décrits dans le WFA Data Transparency Manifesto. Les annonceurs s’engagent à travailler avec des partenaires dont les données proviennent de sources éthiques et transparentes, et sont stockées selon des dispositifs de sécurité appropriés incluant des audits. La collecte de données doit être réduite au minimum afin d’offrir une expérience publicitaire de qualité.

8. Amélioration de l’expérience client : les consommateurs sont de plus en plus agacés par les annonces qui perturbent leur expérience, interrompent le contenu, ralentissent la navigation ou consomment à l’excès leur volume de données. Les annonceurs et les plateformes doivent développer des formes de publicité moins intrusives offrant une meilleure expérience utilisateur.

Signature : Roland Ehrler, directeur de l’ASA

Tags
Voir plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close