Articles

Cher Cyber Noël…

Creatif_marsque.gifDans mon enfance, tu étais encore réel. Tu te manifestais vers la mi-décembre, avec l’arrivée de vrais catalogues en vrai papier dans ma boîte aux lettres. En ce temps-là, on te commandait des jouets en trois dimensions… et puis est arrivée l’ère du virtuel. Finies les belles lettres écrites avec application au petit Papa Noël. Les gosses d’aujourd’hui t’envoient des mails sur santaclaus.com ou, pire encore, des SMS surtaxés. Je ne sais donc pas si ces lignes te parviendront mais, on sait jamais, il reste peut-être encore un ou deux vieux lutins dans ton team pour ouvrir le courrier à l’ancienne. Ceci dit, cher Cyber Noël, cette année j’aimerais un cadeau qui me rendrait la vie tellement plus agréable au boulot: un bon client. Parce que les gluglus payés 200’000 balles par an pour rendre fous les créatifs, là j’en peux juste plus. Qu’importe s’il est petit ou grand, beau ou moche, il suffit qu’il corresponde plus ou moins au descriptif suivant.

  • Un bon client cause un peu français. Ras la patate de ces meetings ou une dizaine de francophones doit se décapsuler les neurones pour le seul anglophone qui n’a pas fait le moindre effort pour prendre une leçon de french en cinq ans de présence à Genève ou Lausanne. Sans compter les risques de ratatouille pour cause de mauvaise compréhension. Une pauvre rédac’ en a encore fait les frais récemment, lorsque le rosbif de service lui a dit “There is an issue with this direction”. La pauvrette a capté “issue” là où il fallait piger “problème” et a fait tout faux pendant une semaine, avec un burne out (en français, couille dehors) à la clé.
     
  • Un bon client a un peu d’imagination. Aujourd’hui, une idée à deux balles mais super bien exécutée a dix fois plus de chance de passer qu’un concept génial mais présenté avec un visuel en illustration parce que le pauvre AD n’a pas pu trouver la photo sur image bank. Et le pire, c’est quand le client lui-même envoie la photo image bank à l’agence avec un mail laconique style genre “Je vouloir la image comme le attachement”.
     
  • Un bon client te laisse plus de 24 heures chrono. Si un jour je suis assez taré pour créer une agence, le nom est déjà tout trouvé: Jack & Bauer. Scénario du premier épisode: intro sur le client en meeting dans sa boîte pour valider les bullet points du draft du briefing à l’agence. Cut sur le client qui appelle l’account pour lui dire que le briefing aura une semaine de retard pour raison “stratégique” mais que la deadline de la présentation ne change pas pour cause “logistique”. La suite, on la connaît déjà tous… des créatifs au turbo et ensuite 15 jours d’attente pour une décision retardée de façon “plannistique”.

Voilà, cher Cyber Noël, si tu mets au moins un client comme ça dans mes petits souliers, je passerai une année 2008 nettement moins au taquet que celle qui m’achève présentement. Bonne chance pour ta tournée, ça va être plus dur de passer dans des prises USB que dans des cheminées !
P.S. Noyeux Joël à tous ! J’espère que vous enverrez de nombreux pastiches (voir com.in du mois dernier) pour qu’on puisse commencer 2008 avec la banane à défaut de la pêche.

Tags

Le Créatif Masqué

Non, nous ne dévoilerons pas son nom. Sachez seulement, qu'il connaît comme personne le monde de la publicité romande

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch
Daily Newsletter