Edito

Cominmag sur tous les écrans !

Lorsque cette édition sera distribuée, le nouveau site de Cominmag sera en ligne depuis peu. Au-delà du lifting visuel, on pourra consulter cette nouvelle version en responsive sur desktop, tablette et mobile. Mais son principal intérêt, c’est la réflexion qui nous a amenés à repenser tout notre modèle d’affaires. Explications.

Un an. C’est le temps qui a été nécessaire pour cette transformation. Est-ce beaucoup ? Est-ce peu ? Peu importe, ce qui compte c’est que la route que nous entamons aujourd’hui nous permette d’envisager l’avenir avec sérénité. Pour une micro structure comme celle de Cominmag*, cette nouvelle étape a mobilisé d’importantes ressources et provoqué une profonde remise en question.
Comme je n’ai cessé de l’expliquer ces dernières années, le contexte médiatique est en pleine transformation et il est indispensable qu’un magazine se convertisse en un média. Nous n’en sommes pas à notre coup d’essai sur la Toile. En 2005, lorsque le premier site de Cominmag fut, le souhait était déjà de rester en contact avec nos lecteurs entre deux parutions. Que faire des informations que nous recevions à la rédaction ? Fallait-il en faire des pages de brèves ? C’est ainsi que le flux de news a débuté. Puis nous offrîmes à notre audience une newsletter quotidienne résumant les informations de la veille. Le succès fut immédiat. A tel point qu’il est courant que l’on me dise aujourd’hui : « La première chose que je fais en me levant, c’est de lire votre newsletter ».
Avec l’avènement des réseaux sociaux, nous avons très vite ouvert une page Facebook et créé un compte Twitter, puis Google+. Nous sommes aussi sur Instagram et LinkedIn avec un groupe. Mais le monde du digital ne s’arrête pas là. La question d’une lecture sur tablette et mobile ne pouvait être éludée. Le développement d’HTML5 nous permet de construire un nouveau site en responsive. C’est la meilleure des solutions, car elle nous évite de nous engager dans la voie de l’applicatif natif qui, trop chère et trop exclusive, ne correspond nullement à nos besoins.

Exercice périlleux et douloureux, la refonte d’un site ne doit pas être prise à la légère. Notre objectif n’était pas d’acheter un template et de remettre au goût du jour notre ancienne version en WordPress. Nous avons voulu profiter de ce moment pour réfléchir à notre place sur le marché et construire notre avenir. Ce travail, réalisé avec l’agence Relax in the Air, nous a contraints à faire un audit de nos forces et de nos moyens. Nous en sommes sortis confortés quant au rôle de Cominmag dans l’écosystème annonceurs-agences-média en Suisse romande, largement prouvée par nos audiences online et la fidélité de nos lecteurs du magazine. Mais un média ne vit pas que de « likes » ; par conséquent assurer notre avenir passe par un abonnement permettant de générer plus de revenus fixes et d’offrir en contre partie tous nos contenus online. Autre axe de développement : le Travelling, qui va permettre aux agences de gérer leur propre compte. Cet espace thématique a pour but d’être la vitrine la plus exhaustive possible de la publicité en Suisse romande. Un outil indispensable pour les annonceurs à la recherche d’une agence.
Le message est donc clair : Cominmag se transforme en un outil B2B pour les acteurs de la communication. En dix ans, nous vous avons tenu informés et vous avons accompagnés dans cette révolution digitale. On nous a souvent reproché notre avance, mais aujourd’hui quelle est l’agence ou la marque qui n’a pas transformé sa manière de communiquer ? Nous allons poursuivre cette mission car telle est notre passion. Continuez à nous suivre, vous ne serez pas déçus !

[ASIDE]

Ont contribué à la création de ce nouveau site :

Stratégie et développement back : agence Relax in The Air
Développement front : agence Virtua
E-mail marketing et adserveur : agence Scandola
SEO : agence Xenoht.net
Iconographie : Bruce & Willis
Cominmag : Victoria Marchand et Olivier Cretton

[/ASIDE]
Tags
Voir plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer