Actualité

Deux dominicaux disparaissent

«Zentralschweiz am Sonntag» et “Ostschweiz am Sonntag” ont cessé leur parution dimanche dernier. Comme l’a expliqué le directeur journalistique de CH-Media, Pascal Hollenstein, “cette décision n’est pas liée aux lecteurs mais bien à la baisse drastique du marché des annonces». «Zentralschweiz am Sonntag» est une victime, poursuit-il, de l’implacable logique économique de l’ère internet, où la presse perd des parts de marché à deux chiffres au profit de Google, Facebook et compagnie. Pour le rédacteur en chef du «St. Galler Tagblatt», Stefan Schmid, l’«Ostschweiz am Sonntag» est morte par tranches durant ces six dernières années. Depuis novembre 2017, le journal n’est publié que sous forme numérique, mais le concept n’a pas trouvé grâce aux yeux des lecteurs. Le «St. Galler Tagblatt» et le «Schweiz am Wochenende» publieront à l’avenir une édition plus complète le samedi.
Une dizaine de postes à plein temps sont supprimés dans les deux rédactions. Les livreurs de journaux pourraient également être affectés. Selon le syndicat Syndicom, 400 d’entre eux sont menacés par un licenciement.
Les dominicaux : un créneau menacé
Avec l’abandon de ces deux titres, force est de constater que le créneau des dominicaux est touché de plein fouet. Après avoir compté sept journaux dominicaux il y a quelques années, la Suisse alémanique n’est désormais dotée plus que de trois titres du dimanche: la «SonntagsZeitung »(Tamedia), le «SonntagsBlick »(Ringier) et la «NZZ am Sonntag» (groupe NZZ).

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer