ChroniquesTendances

Eloge du design

Seventy-nine Short Essays on Design, de Michael Bierut, est comme son titre l’indique un recueil de 79 textes courts consacrés au design. C’est déjà un bel exemple de design, car le livre est parfaitement dans l’air du temps, un temps où les romans de plus de 200 pages font peur et où l’on s’exprime plus volontiers en 140 caractères ou moins. Vous n’êtes nullement obligé de le lire d’une traite. Au contraire, il se prête à la flânerie et vous pouvez allégrement passer d’une page consacrée à la détestation de la police ITC Garamond à une autre traitant de l’hypertexte chez Vladimir Nabokov. Voilà pour l’objet, le contenant.

Passons au contenu
Les deux exemples donnés plus haut vous donnent une idée de la variété des centres d’intérêt de Michael Bierut, un homme qui s’intéresse à beaucoup de choses. Et comme c’est un designer passionné par son métier, tout ce qu’il raconte se rapporte tôt au tard au design. C’est là que ça devient intéressant. Car tout peut être design : une chaise, un rasoir, mais aussi un menu de restaurant ou encore un plan de métro. J’ai ainsi appris que le plan du métro new-yorkais a été conçu en 1972 par Massimo Vignelli et que, s’il était superbe et coloré, il prenait quelques libertés avec la réalité des distances de Big Apple, et qu’il fut remplacé quelques années plus tard par un plan plus conventionnel et respectueux de la géographie des lieux.

Et si les publicitaires essayaient le prototype ?
Là où les essais de Michael Bierut sont très instructifs, c’est dans la façon d’aborder les problèmes de design, car il y a des similitudes évidentes avec la façon dont les créatifs travaillent et donc des enseignements à tirer pour les publicitaires. Je pense en particulier à la notion de prototype, qui est d’usage courant en matière de design et mériterait d’être développée dans les agences de publicité. Plutôt que de dépenser des millions sur une campagne qui aura été testée au préalable, mais dont on conçoit qu’elle puisse échouer puisque tout le monde sait que les tests ne sont pas infaillibles, pourquoi ne pas imaginer une campagne à petite échelle que l’on ne testera pas ou plutôt si, que l’on testera, mais sur un vrai marché, dans des conditions réelles. En se disant que si elle marche, si le « prototype » publicitaire donne des résultats encourageants, on la développera sur des marchés plus importants en lui apportant éventuellement des modifications. Un vrai prototype en fin de compte, comme ceux que les designers testent, modifient et re-testent jusqu’à obtenir un objet parfait.

Ce que ce livre m’a appris…
Il y a aussi dans le livre des conseils amusants sur la façon de gagner des prix, des réflexions sur le plagiat (sujet hautement sensible chez les créatifs), d’autres sur le déclin des couvertures de magazine (depuis celles, légendaires, que George Lois concevait pour Esquire) et d’autres encore sur les rapports entre l’art et le graphic design.
Personnellement, j’ai découvert dans ces 79 essais des noms d’artistes ou de designers que je ne connaissais pas, mais dont Bierut parlait avec tant de respect que je les ai rapidement « googelisés ». C’est ainsi que de Michael Beirut, je suis passé à Ed Ruscha, Eero Saarinen ou encore Tibor Kalman, qui fut le premier rédacteur en chef du célèbre magazine Colors financé par le groupe Benetton. Et je me suis dit que la valeur d’un livre se mesurait aussi à sa capacité à vous en faire ouvrir d’autres. Sur ce point, on peut dire sans prendre de risques que Seventy-nine Short Essays on Design est un excellent livre et que Michael Beirut est un excellent passeur d’idées.

Seventy-nine Short Essays on Design de Michael Bierut est publié par Princeton Architectural Press

[ASIDE]

Qui est Michael Beirut ?

Michel Beirut est un designer graphique et critique américain. Depuis 1990, il est associé du cabinet indépendant Pentagram à New York. Il a obtenu de nombreuses récompenses dans sa carrière de designer et son travail est présent dans plusieurs collections permanentes, dont celles du Museum of Modern Art (MoMA) de New York, du San Francisco Museum of Modern Art (SFMOMA), du Museum für Kunst und Gewerbe de Hambourg ou encore du Museum für Gestaltung de Zürich. Il a été président de l’American Institute of Graphic Arts (AIGA) de 1998 à 2001. Il est l’un des fondateurs du blog Design Observer sur lequel il publie régulièrement des articles. Il enseigne également à la prestigieuse Yale University School of Art.[/ASIDE]

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch
Daily Newsletter