Actualité

Et si le e-commerce reculait après la pandémie ? L’exemple allemand laisse planer des doutes !

Depuis début mars, la crise du coronavirus a fait peser une menace sans précédent sur le secteur de la vente au détail en Europe occidentale. Dans la plupart des pays, seuls les détaillants qui vendent des aliments, des médicaments et d’autres articles essentiels peuvent le faire dans des magasins physiques. Cette limitation va-t-elle être l’élément déclencheur du e-commerce ? Rien n’est moins sûr comme le démontre eMarkters.

Ainsi en Allemagne, de nombreux observateurs pensaient que le verrouillage des magasins par les consommateurs donnerait un coup de fouet au commerce électronique. Mais les ventes en ligne de la plupart des marchandises n’ont pas augmenté de manière significative, selon une enquête du Bundesverband E-Commerce und Versandhandel (bevh). Quelque 41 % des détaillants en ligne ont déclaré que le nombre de commandes des clients avait diminué ; 58 % ont déclaré qu’ils s’attendaient à une nouvelle baisse dans les mois à venir. Et 62 % des détaillants ont déclaré qu’une quarantaine prolongée en 2020 pourrait les obliger à réduire ou même à fermer leurs activités.

Les produits frais, l’exception qui confirme la règle ? 
La seule exception à cette tendance à la baisse en Allemagne est constituée par les magasins en ligne qui vendent des produits frais, notamment les supermarchés qui assurent des livraisons rapides et fiables de fruits et légumes. Ces dernières semaines, la pandémie a été pour eux un facteur déterminant pour les affaires.

Historiquement, le commerce électronique des produits alimentaires n’a pas attiré une grande base de consommateurs en Allemagne, principalement parce que de nombreuses personnes se rendent quotidiennement ou presque quotidiennement dans les magasins locaux pour acheter des articles comme de la viande et du poisson frais, des fruits, des légumes et du pain. Plus de la moitié des internautes allemands âgés de 18 à 69 ans ont déclaré n’avoir jamais fait d’achats en ligne, selon un sondage réalisé en septembre 2019 par ibi research et le Digital Commerce Research Network.

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer