Actualité

#Etude Swiss Software Industry Survey : croissance 2020 freinée par rapport à 2019

ICTswitzerland soutient l’étude Swiss Software Industry Survey (SSIS), menée chaque année par l’Institut für Wirtschaftsinformatik de l’Université de Berne, la plus grande étude en Suisse sur des indicateurs de performance clés du secteur du logiciel. Un secteur qui est classé parmi les branches les plus dynamiques de l’économie suisse, et contribue de manière significative à l’avantage concurrentiel international. Les résultats de l’étude des six dernières années attestent la forte croissance du chiffre d’affaires du secteur du logiciel suisse et laissent clairement apparaître que le secteur du logiciel continuera de jouer un rôle clé pour la prospérité de l’économie suisse à l’avenir également.

Données pour 2020

      • Croissance modérée avec perspective d’amélioration: en 2019, la rentabilité (marge EBIT) a chuté de 2,2 points de pourcentage par rapport à l’année précédente pour s’établir à 6%. Dans le même temps, les entreprises de logiciels suisses sont parvenues à augmenter le chiffre d’affaires par collaborateur pour atteindre environ CHF 245 000. L’industrie du logiciel attend pour l’année 2020 une faible croissance du chiffre d’affaires de 2,7% (2019: 9,5%) et une progression de l’emploi de seulement 6% (2019: 11,9%). Les prévisions de croissance de 10,2% pour le chiffre d’affaires et de 11,6% pour l’emploi annoncent une amélioration de la situation pour 2021.
      • Une année positive pour les affaires avec l’étranger: en 2020, l’industrie suisse du logiciel a réalisé environ 21% de son chiffre d’affaires à l’étranger. Après un recul temporaire à environ 14% en 2018, cela correspond à un retour au ratio d’exportation de 2017. Le marché européen le plus important reste de loin le marché allemand, avec une part du chiffre d’affaires total à l’étranger d’environ 55%. Il est suivi par les marchés des autres pays européens. La part des exportations vers les pays non-européens se maintient à un niveau assez faible (14,6%).
      • Investissements dans l’infrastructure de Home Office en lien avec la pandémie de COVID-19: les entreprises de logiciels suisses n’ont pas été épargnées par la COVID-19 et les restrictions qu’elle a entraînées. Dans son ensemble, l’industrie du logiciel suisse était toutefois bien préparée à une situation de confinement. Seuls 10,2% des entreprises interrogées ont dû concéder de gros investissements dans leur infrastructure de base pour le télétravail (logiciels de communication et de collaboration ou VPN, par exemple). Toutefois, 86,7% des entreprises interrogées ont été contraintes d’investir massivement pour équiper le poste de travail au domicile des collaborateurs (ordinateurs portables, écrans ou casques par exemple).
      • Des modèles de travail plus flexibles suite à la pandémie de COVID-19: la majorité des entreprises de logiciels suisses interrogées s’attend à ce que l’expérience tirée de la crise COVID-19 et les restrictions liées à celle-ci entraînent la mise en place de modèles de travail plus flexibles. En outre, un tiers des entreprises interrogées souhaite encore renforcer la formation des collaborateurs. Seuls 4% des entreprises veulent réduire leur dépendance vis-à-vis des travailleurs indépendants et des prestataires de sourcing.
      • Sources de revenus durant la pandémie de COVID-19: les fournisseurs et les revendeurs de solutions standard et Cloud ainsi que les fournisseurs de prestations d’ajustement pour les solutions externes ont connu un léger essor grâce à la pandémie. La grande majorité du secteur a toutefois souffert du report des contrats existants ainsi que de la difficulté plus grande à obtenir des nouveaux clients et de nouvelles missions.
      • L’augmentation de la productivité grâce à la réutilisation logicielle est stratégiquement très importante: la réutilisation des logiciels et des connaissances logicielles afin de produire de nouveaux logiciels revêt une importance majeure pour les entreprises de logiciels suisses: 73,2% des entreprises interrogées sauvegardent systématiquement les connaissances acquises lors des projets précédents à des fins de réutilisation, 67,6% d’entre elles considèrent la réutilisation comme un élément critique de la réussite et pour 50,3% d’entre elles, cette réutilisation fait même partie des objectifs stratégiques déclarés.

TAB 1 : Distribution par entreprise

TAB 2 : Croissance des revenus

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch