Digital

Les Romands sur Facebook : timides, prudents ou pudiques ?

Au printemps 2012, Elyos – étude de marché a réalisé, conjointement avec valeriedemont.ch, l’étude « les Romands et le 2.0 ». Un certain nombre de résultats ont déjà été communiqués, comme par exemple, l’attitude des Romands face à la publicité ou encore la perception des marques. Maintenant que Facebook a atteint le milliard d’abonnés (début octobre), regardons de plus près le comportement des romands sur ce réseau.

Pour mémoire, chaque jour sur Facebook, ce sont 300 millions de photos qui sont uploadées (219 milliards de photos y sont actuellement stockées), 3.2 milliards de « j’aime » et de commentaires, 17 milliards de statuts géo-localisés, etc. (source : webrankinfo.com).

Qu’en est-il en Suisse romande sur ce réseau en perpétuelle mouvance ? Facebook y atteint un taux de pénétration de 80% (utilisation fréquente ou occasionnelle) parmi les internautes romands. Les autres grands réseaux utilisés viennent loin derrière : 40% pour LinkedIn, 33% Google+ et 16% pour Twitter.

Qui sont les Romands sur Facebook ?
Sans surprise, l’utilisation de Facebook est plus élevée chez les jeunes internautes : 89% des 18-34 ans déclarent être des membres du réseau de Mark Zuckerberg. Mais l’âge n’est pas un frein, puisque nous trouvons encore 79% d’utilisateurs chez les 35-49 ans et 68% chez les early-seniors (50-64 ans). En revanche, et là réside peut-être un résultat plus étonnant, nous n’observons pas de différence significative selon le sexe : les femmes semblent aussi nombreuses que les hommes.

Lorsque l’on sait que PInterest est un réseau essentiellement féminin (68%, source : go-gulf.com infographie), qui ne cesse de progresser depuis le début de l’année, on comprend mieux pourquoi Facebook est en train de tester les « Collections » agrémentées des boutons « Want », « Collect » et « Buy ». Les femmes, et les hommes aussi (soyons fous !) pourront donc commencer prochainement à collecter leur prochain shopping, le partager et le diffuser à leurs amis sur Facebook via ces nouvelles fonctionnalités. A noter que celles-ci seront disponibles uniquement sur le réseau et pas du tout en plugin sur des sites externes. Voici une excellente opportunité de développement pour les stratégies sociales d’entreprises ayant pour cible principale les femmes. A l’heure où nous écrivons ces mots, les fonctionnalités « Collections » sont proposées à quelques entreprises phares du réseaux, comme par exemple : Victoria’s Secret (source : Allfacebook.com).

Que font les romands sur Facebook ?
Etre présents sur Facebook ne signifie pas automatiquement être actif. Certes, près 2/3 des membres se connectent au moins une fois par jour pour consulter leur fil d’actualités. Mais ils ne sont plus que 27% à utiliser quotidiennement le bouton « J’aime » et 18% à publier un commentaire.
Timides, prudents ou pudiques quant à leur activité sociale, les « Facebookiens » romands ne sont pas non plus très friands de géolocalisation : seuls 4% indiquent au moins une fois par jour où ils se trouvent.

Atteindrons-nous un jour les mêmes taux d’engagement qu’Outre-Atlantique ? Rappelez-vous il y a trois ans, vous n’aviez pas encore considéré utile avoir une stratégie digitale incluant Facebook ou tout autre réseau. La situation a bien changé aujourd’hui. Projetez-vous dans une année ou deux, nous sommes prêts à parier que l’activité depuis la Suisse romande sera démultipliée. Enfin….pour autant que le business model de Facebook, tant critiqué aujourd’hui suite à son entrée en bourse, ait tenu le coup !

Vincent Uhlmann et Valérie Demont

www.elyos.ch
www.valeriedemont.ch

* Retrouvez les résultats détaillés sur ces deux sites

Tags
Voir plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer