Actualité

Freitag engage deux Executive Vice Pleasidents !

Pour son 25e anniversaire, FREITAG souhaite rendre le monde plus heureux. Pour ce faire, la marque de sacs zurichoise a publié à l’automne dernier une annonce pour le poste de Executive Vice Pleasident for Global Happiness. Avec Allan Dransfield et Tim Krohn, FREITAG confie non pas à un, mais à deux créateurs de bonheur la tâche d’augmenter le taux de sérotonine dans le monde entier.
Plus de 220 personnes ont soumis leurs idées et leur stratégie à FREITAG pour devenir «Executive Vice Pleasident for Global Happiness» (EVPfGH). Ce processus de recrutement inhabituel pour tou·te·s les participant·e·s s’est enfin terminé après le visionnement et l’évaluation de plus de 10 heures de vidéo de candidatures :
A partir de maintenant, les nouveaux EVPfGH que sont le globe-trotteur Allan Dransfield et l’écrivain suisse Tim Krohn mesureront le niveau de bonheur mondial sur la base de mandats et sur le terrain et seront chargés d’en assurer la croissance durable. Il ne s’agit pas vraiment d’un partage de poste, mais plutôt d’un partage d’intérêts : Allan et Tim agiront indépendamment l’un de l’autre en vue d’un objectif commun.
FREITAG nie avec la plus grande fermeté que cette double nomination soit le signe d’une prétendue faiblesse de la direction face aux innombrables candidatures très touchantes qui lui sont parvenues. Bien au contraire, si la tâche repose sur quatre épaules plutôt que deux, cela s’explique surtout par la dimension herculéenne du projet et un constat simple : si on n’a rien sans rien, alors on a plus avec plus.
Un peu plus sur : 
Allan Dransfield est originaire d’un trou paumé du nord de l’Angleterre, il a étudié le design automobile à l’université de Coventry et vit aujourd’hui à Lodz en Pologne. S’il a autrefois travaillé dans l’équipe design de Volvo Trucks, c’est simplement un heureux hasard sans aucun lien avec ses nouvelles fonctions au sein de l’entreprise qui fabrique des sacs en bâches de camion. Pour Allan, « le bonheur repose sur les personnes, les liens qu’elles tissent et les moments partagés. Sur notre immense planète avec toute sa diversité culturelle et géographique, il semble que les actes soient plus parlants que les mots. »
Il est convaincu que de grandes choses (le bonheur par exemple) peuvent naître de petits riens. En effet, le moustachu cosmopolite a réussi à convaincre le jury de recrutement FREITAG de ses qualités indispensables par un simple saut. Lors de ses voyages au service de FREITAG, il cherchera la recette du bonheur universel grâce à une série d’expérimentations sociales.
Tim Krohn, qui a grandi dans le canton de Glaris, s’est fait un nom avec des romans comme «Vrenelis Gärtli» ou «Quatemberkinder» et compte parmi les plus grands écrivains suisses actuels. Pour Tim, « le bonheur n’est pas quelque chose que nous devons créer. Nous le portons en nous. C’est la flamme qui nous maintient en vie, c’est le cœur qui fait de chacun d’entre nous un être unique et fascinant. »
Aujourd’hui, Tim vit avec sa famille à Santa Maria. C’est justement depuis ce coin reculé, derrière le col de l’Ofen, que le bonheur devra trouver son chemin vers le vaste monde. Dans la maison «Parli» qu’il a restaurée avec sa femme, il offrira de l’espace et du calme aux artistes pour qu’ils ou elles créent quelque chose de bon, une œuvre petite et discrète qui voyagera dans le monde et incitera les gens à se souvenir que chacun·e porte déjà le bonheur en soi.

Tags
Voir plus

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Check Also

Close
Back to top button
Close