Actualité

Jean-Michel Cina est le nouveau président de la SSR

Jean-Michel Cina a été nommé président de la SSR. A 53 ans, cet avocat et notaire de formation, chef du Département de l’économie du canton du Valais et ancien conseiller national, succèdera le 1er mai 2017 au président sortant Viktor Baumeler.

L’Assemblée des délégués (AD) extraordinaire a nommé aujourd’hui Jean-Michel Cina président de la SSR, sur proposition du Conseil d’administration (CA). Les délégués ont choisi une personne expérimentée bénéficiant d’un bon réseau dans les secteurs de la politique et de l’économie, qui saura s’engager en faveur du fédéralisme suisse et de la SSR. Jean-Michel Cina prendra ses fonctions le 1er mai 2017 et succèdera ainsi à Viktor Baumeler.

Au total, 74 candidats potentiels figuraient sur une première liste de sélection. Six d’entre eux ont été conviés à un premier entretien et quatre d’entre eux à un second.

Le Comité de nomination présidé par Jean-François Roth, membre du CA, a recommandé deux candidats au CA. Après un examen minutieux, le CA a décidé de présenter Jean-Michel Cina à l’AD.

Un bon réseau cantonal et national
Jean-Michel Cina justifie d’une solide carrière d’homme politique à l’échelon cantonal et fédéral. Il a notamment été conseiller national de 1999 à 2005 et, depuis 2005, il est conseiller d’Etat du canton du Valais et chef du Département de l’économie, de l’énergie et du territoire. Il préside actuellement la Conférence des
gouvernements cantonaux (CdC). Monsieur Cina a obtenu sa licence en droit à l’Université de Berne et son brevet d’avocat-notaire en Valais. Il est marié et père de deux enfants.

Relever les défis actuels et façonner l’avenir ensemble Jean-Michel Cina se réjouit de sa future mission: «Je suis un fervent défenseur du service public. Fort de mon savoir-faire dans les domaines administratif et politique, j’ai également eu la chance d’acquérir de l’expérience dans différents conseils d’administration
du secteur privé. C’est pour moi un honneur d’être nommé président de la SSR, mais aussi une lourde responsabilité, notamment aujourd’hui, à l’heure où l’entreprise média publique doit faire face à l’évolution radicale des médias. Je ferai preuve d’un engagement inconditionnel et d’une grande humilité dans la réalisation de cette
tâche exigeante. L’Association et l’entreprise relèveront ensemble les défis qui se présentent. La SSR participera de manière constructive à la discussion sur le service public numérique en s’appuyant sur son savoir-faire, sa connaissance du métier et son expérience. Ce sera l’une de mes priorités.»

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch
Daily Newsletter