Actualité

Journées photographiques de Bienne : Concours FNS d’images scientifiques

Pour la deuxième année consécutive, les Journées photographiques de Bienne se sont associées au Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique (FNS) pour le Concours FNS d’images scientifiques. Le projet, qui propose aux chercheurs et chercheuses travaillant en Suisse de partager leurs travaux avec le public et les médias a rencontré un succès remarquable. Plus de 350 projets ont en effet été soumis et un jury international a désigné quatre gagnants et décerné huit mentions dans quatre catégories.

« Il s’agit de photos qui sortent du cadre du laboratoire. Elles sont narratives, artistiques et parfois ironiques. La diversité des photos est étonnante et les sujets et thèmes photographiés suscitent des questions inattendues sur le médium photographique » a déclaré Sarah Girard, directrice des Journées photographiques de Bienne.

La remise des prix se déroulera dans l’espace d’exposition des images, au Nouveau Musée Bienne, bâtiment Schwab, mercredi 9 mai à 17h. Toutes les images seront exposées pendant le festival, jusqu’au 27 mai.

Les lauréat.e.s
Le 1er prix dans la catégorie « L’objet d’étude » a été attribué à la photo « Canevas d’une population cellulaire », par Maria Kotini de l’Université de Bâle. La photo « atteint un niveau d’abstraction inédit », souligne le jury. Elle montre des cellules endothéliales d’un poisson-zèbre, des structures biologiques microscopiques teintées pour l’expérience. La photo représente la vie qui n’est pourtant plus reconnaissable en tant que telle et est ainsi emblématique de nombreuses autres photos prises dans le cadre de recherches en biologie.

Le cliché primé de la catégorie « Les femmes et les hommes de la science » montre une facette du métier souvent passée sous silence: la conciliation entre vie familiale et carrière académique. La photo a été prise par Michelle Engeler, post-doc à l’Université de Bâle, qui effectue des recherches sur le terrain en Afrique. Elle met en scène sa fille, photographiée après un coup de fil relatif à son projet de recherche. Selon le jury, il s’agit d’un « instantané poétique, positif et puissant qui prouve que la science n’est pas qu’un job: c’est le mouvement et l’ouverture; c’est aller au-devant de la nouveauté. »

Guy Ackermann de l’Université de Lausanne est le gagnant de la catégorie « Les lieux et les outils » avec une photographie de fouilles dans la région grecque d’Érétrie. La photo montre le moment décisif de la découverte. Les deux mains se rejoignent: celle de l’archéologue et celle d’une statue en marbre d’un général ou empereur romain. Des siècles les séparent, mais elles se retrouvent réunies lorsque l’archéologue dégage la main de la statue du sable, à l’aide d’une simple truelle.

Dans la catégorie « Vidéo », la contribution gagnante est signée Golnaz Isapour de l’Université de Fribourg. Un film qui ressemble à une peinture, à une animation. Une seule séquence pour une structure identique, l’action se déroule au cœur de cellules – qui n’en sont pas: il s’agit de nanoparticules se transformant à l’intérieur.

Tags
Voir plus

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer