Digital

Kickstarter, le Youtube des idées à cofinancer

Thierry-307x307Chaque début d’année, on peut prédire que ce sera l’année de la vidéo sur Internet. De plus en plus de chiffres le montrent : le plus gros consommateur de bande passante et de trafic sur le Web est en passe d’être la vidéo. Entre les gros acteurs du domaine comme Youtube, en passant par des CDN(pourquoi cette astérisque si elle ne renvoie à rien) tels que Akamai et les plateformes de streaming vidéo telles que Netflix, par exemple, tout démontre que l’image qui bouge prend une place incontournable sur la toile.
Et ce n’est pas uniquement pour tchatter ou suivre une série TV que la vidéo se taille la part du lion. La TV, qui se répand sur le Web, la pub, la communication, les tutoriels, l’humour sont quelques exemples d’usage de la vidéo en ligne. Ainsi la vidéo a l’avantage de booster le temps passé sur votre site Web, mais elle est surtout un magnifique outil de communication, facile et rapide. Combien de fois d’ailleurs se retrouve-t-on à utiliser Youtube comme moteur de recherches ?
Kickstarter est un site qui donne de plus en plus envie de faire des vidéos pour sa communication. La réussite d’une bonne présentation percutante passe par la règle des huit.

1. L’idée
Tout d’abord, et même si vous avez l’intention de faire une très belle vidéo, il vous faut une très bonne idée. Dans le cas d’une vidéo dédiée à un autre usage, on parlera de talent. Oui il faut quelque chose de véritablement bon pour bien débuter et, pour Kickstarter, cela passe par THE idée ! Celle qui méritera d’être financée par la communauté.

2. Une durée courte
Votre présentation ou votre œuvre cinématographique ne devra pas concurrencer « 2001 l’Odyssée de l’espace » et ses deux heures et trente-six minutes. Visez une minute trente, voir deux minutes grand maximum pour dispenser toutes vos informations. Soyez bref : c’est ainsi que vos internautes seront attentifs à la totalité de votre message.

3. La musique
Dans le cas de Kickstarter, la musique est souvent joyeuse, douce, mélodieuse et entrainante. Bien mixée et posée correctement comme dans tout montage qui se respecte. Une musique qui plante le décor et accompagne adroitement le message.

4. Le style d’image
De plus en plus de vidéos sont faites à l’aide d’appareils photo numériques, avec un boîtier reflex pro ou semi pro, ce qui donne à votre image un style, un ton tout à fait particuliers et facilement identifiables. Même s’il s’agit « juste » de filmer un intervenant parlant face à la caméra, ce type de prise de vue aura l’avantage d’ajouter une dimension et un rendu plus attractifs. Vous pourrez également jouer avec le décor derrière le sujet placé lui au premier plan, ou passer d’un plan à un autre de façon à illustrer en une seule prise un objet sous toutes ses coutures. Attention, dès lors que vous tournez en haute définition, soyez très attentif aux objets que vous filmez. La HD montrera sans pitié toute tache, défaut ou couture qui dépasse !

5. Le message
Nous devrions même le mettre au sommet de la liste, tant il est évident qu’il faut d’abord connaître et définir votre message afin de rédiger votre storyboard pour sa mise en image. Posez-vous d’abord la question du message que vous souhaitez transmettre et surtout à qui il va s’adresser.

6. Se mettre en scène
Pour défendre votre idée ou votre projet, rien de tel que de vous mettre aux premières loges pour incarner le porteur de projet que vous êtes. N’hésitez pas à débuter votre vidéo comme présentateur, qui accompagnera le film de sa voix sur les images d’illustration. Soyez fier de votre idée et défendez là avec votre plus beau sourire.

7. Infos et habillage graphique
Comme on ne va pas vous regarder durant une minute trente pour uniquement vous écouter parler, il faudra bien évidemment mettre en scène votre produit, votre service, votre idée avec des images d’illustration, des plans de coupe et des exemples d’utilisation. C’est une des parties les plus importantes de votre film, puisque l’internaute peut voir en action votre superbe solution. Il est important de tout voir, sous toutes les coutures, avec un maximum d’images. N’hésitez pas à utiliser également l’habillage graphique pour venir appuyer certains passages ou autres fonctionnalités ; textes, flèches ou graphiques serviront l’image en la rendant plus compréhensible.

8. Le call to action
Last but not least, mais à mettre à la fin de votre œuvre vidéo : l’appel à l’action. Toutes ces images, ces contenus, cette belle présentation devront vous servir à transformer une vue en une action. Un achat ou ici, dans le cas de Kickstarter, un don pour investir dans votre projet. La vidéo comme déclencheur d’action en plus d’outil de marketing. Il ne suffira pas d’indiquer une URL ou un message uniquement, mais bel et bien d’amener votre internaute à investir dans votre idée.
Prenez-le par la main en lui indiquant de façon très directe et très claire ce que vous attendez de lui. Après avoir vu et compris votre idée en images, il aura envie d’en être!

Thierry Weber
Directeur de breew

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé