Actualité

Le Top 10 des athlètes olympiques suisses qui remportent des médailles sur les réseaux sociaux

“Alea iacta est: Les dés sont lancés”. Les Jeux Olympiques d’hiver de 2018 à Pyeongchang sont terminés et les médailles ont été décernées. Les athlètes suisses ont été à l’honneur en remportant 15 médailles, un résultat exceptionnel. Les Jeux ont également été beaucoup commentés sur le Social Web. De nombreuses vidéos, photos et discussions ont été partagées, glorifiant ainsi nos athlètes.
Cela dit, dans quelle mesure savent-ils gérer leurs présences sur les réseaux sociaux ? Nous avons voulu comprendre lequel est le plus performant et génère le plus de fans, de followers, de commentaires et d’interactions. Nous nous sommes également intéressés à l’attractivité des athlètes pour les sponsors par rapport à leur présence sur le Social Web.

Les Top 10Il n’est pas étonnant de constater que les sportifs suisses les plus connus figurent au premier rang du classement. Par exemple, Lara Gut, la très célèbre skieuse helvétique, est la no 1, grâce notamment à sa forte présence dans les médias nationaux. Cela étant, il y a aussi des surprises. Certains sportifs sont plus inattendus et voici le top 10.

1. Lara GUT, Ski Alpin, 1160,96 pts
2. Wendy HOLDENER, Ski Alpin, 285,62 pts
3. Dario COLOGNA. Ski de fond, 239,38 pts
4. Andri RAGETTLI, FreeSki, 221,46 pts
5. Beat FEUZ, Ski Alpin, 206,90 pts
6. Simon AMMANN, Saut à ski, 188,70 pts
7. Carlo JANKA, Ski Alpin, 173,97 pts
8. Fabian BOESCH, FreeSki, 166,66 pts
9. Michelle GISIN, Ski Alpin, 154,73 pts
10. Patrick BURGENER, Snowboard, 149,06 pts

SSA – Le Score Social des Athlètes
Comment le score a-t-il été calculé ? Tout d’abord, les profils individuels sur les réseaux sociaux (Facebook & Instagram) des athlètes ont été analysés et évalués. Il a été tenu compte du nombre de fans ou de followers. L’activité a également été évaluée dans quelle mesure les athlètes sont actifs sur leur profil et combien de fois ils ont posté du contenu au cours des trois derniers mois. En outre, les fans ont été pris en compte et un taux d’interaction a été calculé pour chaque profil. Afin de les comparer, ces trois ratios ont été combinés en un score distinct : le Social Athlete Score (SAS). Soit dit en passant : seuls quatre des athlètes susmentionnés ont remporté une ou plusieurs médailles aux Jeux d’hiver, à savoir Wendy Holdener, Dario Cologna, Beat Feuz et Michelle Gisin.
Autre fait surprenant : sur les 171 athlètes suisses qui ont participé aux Jeux Olympiques, 29 ne sont toujours pas présents sur les réseaux sociaux.

Les stars d’aujourd’hui et de demain
Il n’est pas étonnant que cinq skieurs (Lara Gut, Wendy Holdener, Beat Feuz, Carlo Janka et Michelle Gisin) figurent dans le top 10. Ce sport est par tradition très populaire en Suisse et bénéficie d’une forte présence médiatique. Lara Gut entretient une communauté impressionnante de 627’000 fans sur Facebook et de 368’000 followers sur Instagram et leur permet ainsi de participer à sa vie quotidienne avec des contributions régulières. Cependant, le Top 3 n’est pas seulement convaincant auprès des grandes communautés. Wendy Holdener, avec 77’000 fans sur Facebook et 96’000 followers sur Instagram, a une communauté de fans beaucoup plus petite que Lara, mais elle semble fidéliser avec des posts plus attrayants et très performants sur Instagram, ce qui lui assure la deuxième place. Dario Cologna, quant à lui, bénéficie d’une très bonne présence sur Facebook et Instagram et atteint une très bonne troisième place.

Toutefois, dans les dix premiers, un nombre étonnamment important d’athlètes de moins de 24 ans, comme Andri Ragettli (98), Fabian Boesch (96) et Patrick Burgener (94), ont réussi à se constituer une communauté de fans sur les médias sociaux et à les divertir avec des posts variés et de qualité, bien qu’ils soient repartis les mains vides lors de ces Jeux Olympiques. Les contributions Youtube d’Andri Ragettli et Patrick Burgener sous la forme de VLOGS sont régulièrement suivies par un large public. Complètement indépendants des médias classiques, ces jeunes athlètes exploitent habilement le comportement de consommation médiatique de leurs générations. Fabian Boesch a même connu un buzz pendant les Jeux Olympiques, qui a été vu par des millions de personnes grâce à Facebook, Reddit et Co. et qui a également été relayé par les médias classiques.

Conclusion
Les raisons de ces succès sur les réseaux sociaux peuvent être complexes : la présence médiatique générale (en particulier en dehors des Jeux Olympiques), le succès sportif, le self-marketing et l’image du sport auprès du public.
Aujourd’hui, un athlète doit se construire une image et se présenter comme une marque sur le Social Web afin d’être attrayant pour les sponsors. « Andri Ragettli, par exemple, a une très bonne compréhension du Social Web », déclare Dino Ceccato, Digital Director chez PRfact SA. Cependant, les jeunes sportifs réussissent généralement très bien à gérer les réseaux sociaux. « Ce sont précisément ces athlètes – pour autant qu’ils réussissent sur le plan sportif – qui auront le plus grand potentiel de sponsoring à l’avenir », a déclaré M. Ceccato. Il est évident que nous entendrons beaucoup plus parler de ces athlètes dans un futur proche et pas seulement à Pékin en 2022.

Tags
Voir plus

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer