Actualité

L’empreinte de la crise dans la création de marques en Suisse

Nomen, un spécialiste du brandcare, lance NomenScope, l’Observatoire des marques et des tendances naming. Pour cette premièr édition, c’est le marché suisse qui est scruté.

Le dépôt de marque : indicateur sensible du développement économique
Le nombre de dépôts de marques effectué chaque année est un objet d’analyse précieux pour l’étude des stratégies de développement des entreprises, au regard d’un contexte économique difficile. Alors que le nombre de dépôts de marques suisses n’avait pas cessé de croître depuis 2003 (Rapport annuel de l’IGE 2011-2012), c’est en 2008 qu’est enregistrée une première baisse, alors que la crise économique éclate.

Entre 2008 et 2011, parmi les entreprises du SMI, 6 sociétés ont déposé moins de marques, 6 sociétés en ont déposées le même nombre, et 8 sociétés ont quant à elles déposé plus de marques.

Les dépôts de marque sensibles à la conjoncture…
Le durcissement du contexte économique pousse en effet les entreprises à se recentrer sur certaines marques de leur portefeuille pour renforcer leur identité globale, au détriment de nouveaux produits plus coûteux en investissements.
Pourtant, de nombreux acteurs (Novartis, Crédit Suisse, Hoffmann-Laroche, etc.) cotés en bourse ont déposé davantage de marques sur cette même période. Cette augmentation est le reflet de nouveaux positionnements stratégiques de ces marques suisses :

  • Miser sur l’international et notamment en investissant dans les pays à forte croissance (les Brics)
  • Segmenter stratégiquement le portefeuille de marques pour répondre à des besoins ciblés des consommateurs (Nescafé, Nespresso, Dolce Gusto…)
  • Contre une concurrence accrue des marques provenant de pays en voie de développement, innover et lancer de nouveaux produits pour occuper le terrain.
Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch
Daily Newsletter