Articles

Lorsque politique et médias font bon ménage…

Sur les 245 nouveaux représentants parlementaires, au moins 50 conseillers nationaux et 17 conseillers d’État exercent une activité professionnelle, collaborent ponctuellement ou ont obtenu des mandats dans le secteur des médias et de la communication. Les radios et télévisions locales sont particulièrement bien représentées, de même que les conseillers en RP et campagnes. Comme il y a quatre ans, c’est le conseiller d’État PDC Filippo Lombardi qui cumule le plus de représentations professionnelles.

Capture d'écran 2016-02-15 16.09.58

Forte de 13 membres, la corporation des éditeurs est très bien représentée au Parlement fédéral : le conseiller d’État PDC Filippo Lombardi représente deux quotidiens tessinois à titre de président du CA de la MediaTi-Holding. Sa collègue Karin Keller-Sutter (PRD, SG) ne le lui cède en rien puisqu’elle est membre du CA du groupe NZZ-Mediengruppe. Quant à la conseillère nationale Corina Eichenberger-Walther (PRR, AG), elle est l’éditrice du Zofinger Tagblatt. Enfin, c’est sous l’égide du conseiller national Hansjörg Walter (UDC, TG), président du CA de Galledia AG, que sont publiés 25 magazines professionnels, dont Marketing + Kommunikation. Trois autres conseillers nationaux UDC travaillent également dans le secteur éditorial : Roger Köppel (ZH) est le propriétaire de Weltwoche, Lukas Reimann (SG) est membre du CA de Schweizerzeit (conservateur), Marco Romano (TI) étant de son côté l’éditeur de l’hebdomadaire Popolo e Libertà appartenant à l’UDC.

Même situation pour quatre conseillers nationaux PS : depuis un an Min Li Marti (ZH) édite l’hebdomadaire du parti P.S., Beat Jans (BS) est membre du comité directeur de l’association publiant le magazine de rue Surprise, Mathias Reynard (VS) est coéditeur du bimensuel Le peuple valaisan. Enfin Daniel Jositsch (ZH), conseiller aux Etats, est membre du CA de la maison d’édition de matériel didactique et spécialisé de la société suisse des employés de commerce (Verlag SKV AG). Deux membres du PRD sont actifs dans le seul secteur numérique : la conseillère nationale Christa Markwalder (BE) a ses entrées dans une plateforme d’apprentissage en ligne par le biais de son poste au CA de Bit Media AG. Quant au conseiller d’État Joachim Eder (ZG), il est non seulement membre du conseil de fondation de la Medienstiftung Zentralschweiz (magazine en ligne Zentral+) mais aussi membre du comité consultatif de Comparis.ch (comparaisons en ligne).

Les chaînes privées – le plus grand lobby médiatique
Le lobby formé par les radios et télévisions locales est encore plus étoffé et regroupe 16 personnes : M. Lombardi y représente Radio 3i et TeleTicino (appartenant toutes les deux à MediaTI), après avoir été président de l’association de chaînes de télévision locales Telesuisse. Mme Keller-Sutter défend les intérêts de deux radios et de deux chaînes TV du groupe NZZ. Le conseiller d’État zurichois Ruedi Noser (PRD) est impliqué dans la société ZH-Medien, qui exploite la petite chaîne privée Tele Z. Quant à la conseillère nationale Nathalie Rickli (UDC, ZH), son employeur Goldbach Group commercialise pratiquement l’intégralité des radios et télévisions privées et des écrans publicitaires. Arrive ensuite le conseiller national Yannick Buttet (PDC, VS), membre du CA de Radio Chablais. Poste également occupé par Barbara Schmid-Federer (PDC, ZH) à Radio Zürisee, Christine Bulliard-Marbach (PDC, FR) à Radio Fribourg, Nadja Pieren (UDC, BE) à Radio Emme et Christian Wasserfallen (PRD, BE) à Radio Bern 1. De son côté, le conseiller national Luzi Stamm (UDC, AG) est président de l’association de soutien de Radio Argovia – un secteur dans lequel d’autres conseillers nationaux s’étaient déjà engagés dans le passé : Maximilian Reimann (UDC, AG) a été l’un des cofondateurs de Radio Argovia et Tele M1, Viola Amherd (PDC, VS) était autrefois membre de l’association gestionnaire de la chaîne de télévision valaisanne Canal 9, Cédric Wermuth (PS, AG) faisait partie du comité des programmes de Radio 105. Quant à Matthias Aebischer (PS, BE), il a commencé sa carrière média à Radio Förderband et Fathi Derder (PLR, VD) a fait ses armes à Radio Lac et à La Télé.

La position de la SSR est moins confortable, même si trois (en partie anciens) membres des sociétés régionales de la SSR font partie du Conseil national : Walter Wobmann (UDC, SO), Jean-François Steiert (PS, FR) et Maximilian Reimann. Mais l’on sait que M. Wobmann et M. Reimann se montrent très critiques envers la SSR, autant que Mme Rickli, présidente de la campagne Liberté des médias qui cherche à tacler la SSR. Trois autres conseillers nationaux siègent par ailleurs au comité directeur de cette association : Gregor Rutz (UDC, ZH), M. Romano et M. Wasserfallen. Les anti-SSR sont rejoints par le nouveau conseiller national Hans Ulrich Bigler (PRD, ZH) qui, en juin dernier, à titre de directeur de l’Union suisse des arts et métiers, était à la tête de la campagne de vote orchestrée contre la révision de la LRTV. La SSR peut plutôt compter sur le soutien de Mme Derder et M. Aebischer qui ont tous les deux déjà travaillé à SRG-Medien.

Journalistes, RP, marketing, publicité
Neuf politiciens exerçant une activité journalistique sont membres du Conseil national : M. Derder (qui collabore à plusieurs médias), M. Köppel (rédacteur en chef de Weltwoche), Mme Marti (rédactrice en chef de P.S.), Peter Keller, pigiste à Weltwoche (UDC, NW), le journaliste indépendant Christian Lohr (PDC, SG), Lorenzo Quadri (Lega, TI) qui écrit pour le journal du parti Mattino della Domenica, et enfin Louis Schelbert (PES, LU) qui travaille dans le domaine de la publication. Kathrin Bertschy (PVL, BE) a quant à elle achevé en 2015 sa formation de journaliste scientifique. Enfin la journaliste Géraldine Savary (PS, VD) siège au Conseil des États.

Les 19 personnes suivantes travaillent ou ont travaillé dans les relations publiques/le conseil en campagne ou ont suivi une formation et possèdent une expérience spécifique dans ce domaine : les conseillères nationales Doris Fiala (PRD, ZH), Barbara Keller-Inhelder (UDC, SG), Marianne Streiff (PEV, BE), Nadine Masshardt (PS, BE), Mme Marti et Mme Markwalder, les conseillers nationaux Roland Büchel (UDC, SG), Thomas de Courten (UDC, BL), Balthasar Gättli (PES, ZH), Albert Rösti (UDC, BE), Albert Vitali (UDC, LU), Claudio Zanetti (UDC, ZH), M. Jans, M. Rutz et M. Steiert ainsi que, au Conseil des États, Pascale Bruderer Wyss (PS, AG), Anita Fetz (PS, BS), Andrea Caroni (PRD, AR) et M. Eder.
Les intérêts du secteur de la publicité sont également représentés au Palais fédéral : au Conseil des États, nous retrouvons une nouvelle fois Filippo Lombardi, défendant les intérêts de toute la profession en tant que président de l’association Publicité Suisse. Il est épaulé par huit politiciens luttant en particulier, dans le cadre de la CI Priorité Liberté, contre les interdictions publicitaires. Il s’agit au Conseil national du président de la CI M. Rutz, de ses vice-présidents Gerhard Pfister (PDC, ZG) et Christian Lüscher (PRD, GE), des membres du comité directeur Petra Gössi (PRD, SZ), Jean-François Rime (UDC, FR), Thomas Müller (UDC, SG), Walter Müller (PRD, SG) et du conseiller d’État Jean-René Fournier (PDC, VS). Autres membres d’associations siégeant au Conseil national : Erich Hess (UDC, BE), Verena Herzog (UDC, TG), le président de l’UDC Toni Brunner (SG) et M. Wobmann. Enfin la conseillère nationale Mme. Bulliard est présidente de la Commission Suisse pour la Loyauté.

Fibreoptique et autres associations
La filière des TIC et du réseau câblé est aussi fortement représentée. Sept membres du comité directeur représentent à Berne la « plateforme d’intérêt » Fibreoptique Suisse, dont Swisscom fait partie : les conseillers nationaux Martin Bäumle (PVL, ZH), Thomas Hurter (UDC, ZH), Martin Landolt (PBD, GL), Fabio Regazzi (PDC, TI), Mme Amherd et Mme Graf-Litscher, ainsi que le conseiller d’État Raphaël Comte (PLR, NE). De plus Mme Graf-Litscher est membre du comité directeur d’asut (association des télécommunications), M. de Courten fait partie du comité consultatif de l’Association des réseaux de communication Suissedigital et Kathy Riklin (PDC, ZH) appartient au directoire de Swiss ICT. Les fédérations Simsa (association professionnelle des prestataires Internet suisses) et ASMS (études de marché en Suisse) sont également représentées au parlement par la conseillère nationale Jacqueline Badran (PS, ZU).

[ASIDE]

Pour en savoir plus sur l’engagement des députés

…on peut notamment consulter les déclarations émanant des députés (www.parlament.ch) quant à leurs intérêts personnels. Ces listes sont toutefois incomplètes et/ou erronées. Autres sources utilisées pour cet article : articles publiés dans divers médias, sites Internet de sociétés et d’associations, sites Internet des parlementaires, registre du commerce, Lobbywatch.ch, Wikipedia. L’article ne prétend pas être exhaustif. Le parlement fédéral est d’ailleurs lui-même incomplet : le conseiller national Guy Parmelin ayant été élu au Conseil fédéral, le canton de Vaud doit encore désigner un nouveau représentant populaire – qui pourrait bien appartenir lui aussi au lobby médiatique.[/ASIDE]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer