Articles

Agence MAP : Eloge du long terme

Combien d’agences sont installées dans leurs propres murs en Suisse romande ? Depuis le mois de septembre, date de l’inauguration du nouveau siège aux abords du village de Cossonay, MAP fait partie de ce club restreint d’agences qui peuvent quantifier leur valeur tant par leur capital humain que par leur bâti. « Nous sommes dans nos murs, résume Caroline Muller, une des trois associées, nous avons acheté le terrain et fait construire. » De quoi agencer un atelier graphique, web et un studio photo et offrir aux 12 collaborateurs de l’espace et de la verdure.
Par ces temps incertains, n’est-ce pas une prise de risque ? « Nullement, cela fait des années que nous budgétisons cet investissement. Nous sommes prudents et privilégions le long terme. » Autre raison : en quittant Lausanne, le trio d’associés (André Lambelet, CEO et directeur publicité et production, Sébastien Graap, Directeur artistique et Caroline Muller, directrice marketing) se rapproche du marché romand qui ne saurait se limiter au seul arc lémanique. « Une partie de nos clients sont des PME implantées entre Berne et Lausanne ; Cossonay est par conséquent mieux situé que Lausanne. »

La force du marché local
Proximité, diversification et expertise, l’ADN de cette agence repose sur ces trois points. « Nous n’avons jamais voulu nous trouver liés à un seul gros client, relève André Lambelet. Ce modèle d’affaires, qui peut paraître plus lucratif, fragilise à terme toute agence car très vite il vous oblige à augmenter vos ressources internes ou à sous-traiter une partie des mandats de vos petits clients. Dans les deux cas, vous vous trouvez fragilisés. Or tel n’est pas notre objectif, car nous tenons à traiter tous nos mandats avec le même soin et à tout produire à l’interne : sites, vidéos, photos. »
Mais comment gérer en moyenne 40 clients par an ? « Lorsque j’ai racheté l’agence en 2002, poursuit ce dernier, nous gagnions les clients grâce aux pitchs. Ils nous restaient fidèles mais leur nombre était limité. Avec l’arrivée de Carole Muller, en 2008, nous avons commencé à faire de la prospection auprès des PME romandes et, désormais, nous ne participons que très rarement aux concours d’agences et uniquement si ils sont rémunérés. Au gré de nos contacts, de nouveaux clients nous ont fait confiance. Parmi ces 40 marques, il y en a de très petites mais qui lorsqu’elles se développent ne nous oublient pas. Et force est de constater que le marché local est très porteur. Résultat : notre chiffre d’affaires n’a cessé de croître. »

Une agence à 360o
Ce développement de MAP s’est évidemment accompagné d’un repositionnement de l’agence. « Nous avons adopté une position très pragmatique, résume Caroline Muller. Notre point de départ c’est l’entreprise. Notre travail ne consiste pas à faire uniquement de la publicité. Notre expertise vise à apporter une solution de communication ou marketing à des PME qui n’ont pas de spécialistes de ces domaines à l’interne. D’où l’importance d’offrir une vision à 360o et d’adapter les outils à leurs besoins et non à nos envies de créatifs. »
Ce qui ne signifie pas que l’agence se borne à faire des plaquettes. Loin de là ! Pour l’Office des vins vaudois, l’équipe a proposé la création des Caves Ouvertes. « Nous avons conçu cet événement annuel qui réunit jusqu’à 90’000 visiteurs et géré toute la communication (annonces, application mobile, concours, guide, etc..). »
Autres mandats : la gestion de l’animation et de l’opérationnel (plaquettes, annonces, affiches pour des campagnes locales) des Centres Coop de Léman Centre et Signy Centre ; a création du logo des SIL de Lausanne : « nous avons été très fiers dle voir comment les services transversaux se sont appropriés ce logo. » ; la communication pour des entreprises industrielles comme Omnisences (fibre optique) : « en plus de leurs plaquettes, nous leur avons conçu un stand », et pour le groupe Leuba : « en tant qu’importateurs, ils reçoivent les campagnes des marques automobiles ; nous les adaptons et gérons leur plan média et leur événementiel. »

MAP LAB
Conscients des mutations de l’univers médiatique, le trio a souhaité ouvrir un département recherche et développement. « Avec MAP Lab, nous investissons les nouvelles technologies. En nous posant la fameuse question – what’s next –, nous nous sommes mis à la place de nos clients. De quoi auront-ils besoin lorsqu’ils auront leur site et leurs applications mobiles et tablettes ? C’est ainsi que nous en sommes venus à nous intéresser à la réalité augmentée. Pour ces PME, ce nouvel outil peut être très important, notamment dans les foires d’exposition. Nous avons investi dans le développement d’un projeteur oléographique et souhaitons le commercialiser. » Une prise de risque qui montre bien la nouvelle voie que doivent emprunter les agences : anticiper ou fermer. Bien vu !

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé