Actualité

#Marketing : La stratégie indigène de Suisse Tourisme n’a pu compenser la perte du tourisme international

L’Office fédéral de la statistique a publié les nuitées pour le mois de juillet. C’est la première fois depuis le début de la pandémie que des statistiques touristiques sont maintenant disponibles pour un mois entier d’activité touristique. La grande popularité des vacances d’été dans les Préalpes et dans la région alpine auprès de la clientèle locale se confirme (+53% de nuitées d’hôtel en plus par rapport à juillet 2019). Et les Suisses restent en montagne plus longtemps qu’ils ne l’ont fait depuis 2009 : 2,7 nuits en moyenne (+10 %).
Cependant, les fortes baisses attendues dans les villes deviennent une réalité amère : les touristes suisses ne sont pas en mesure de compenser les pertes dues au manque de voyageurs étrangers et de touristes d’affaires. Les grandes villes en particulier sont boudées par les habitants pendant leurs vacances d’été (-41 %). En revanche, les petites villes ont bénéficié de nuitées hôtelières domestiques en juillet (+37 %). Les Suisses étaient apparemment désireux d’explorer des destinations moins connues.

Mais en plus des grandes villes, les régions comprenant des destinations internationales phares comme le Valais (-13 %) avec Zermatt et Verbier ou le canton de Berne (-27 %) avec Interlaken souffrent également. Ici aussi, les hôtes étrangers sont absents.

Boom belge dans les montagnes
En provenance des pays voisins dont la France (-23 %) et l’Allemagne ainsi que les Pays-Bas (-28 % chacun), des baisses ont été enregistrées comme attendu, mais heureusement, beaucoup de ces hôtes ont malgré tout pris des vacances en Suisse juste après l’ouverture de la frontière début juillet. Dans l’ensemble, environ trois quarts des hôtes de ces pays étant déjà venus l’année précédente, se sont rendus principalement dans les montagnes suisses. “Nos hôtes réguliers européens font confiance à la Suisse et à ses concepts de protection, c’est pourquoi ils sont revenus si rapidement. Nous sommes sur la bonne voie avec notre label “Clean&Safe”, déclare Martin Nydegger, directeur de Suisse Tourisme (ST).
Les touristes belges, véritables amateurs de montagne en été, sont même responsables d’un véritable boom dans les régions de montagne : il y a eu presque autant de nuitées qu’en juillet 2019 (-1%). Les clients de ces quatre pays ont représenté à eux seuls près d’un demi-million de nuitées dans des hôtels en Suisse en juillet.

Suisse Tourisme a réagit très vite
ST a reconnu très tôt la nécessité non seulement d’inspirer pour les vacances en Suisse, mais aussi de déclencher des réservations rapides et massives. C’est la raison pour laquelle ST remanie la commercialisation de son offre en offrant un maximum de confort de réservation et des prix attractifs. En particulier pour les villes et la saison d’automne, ST et ses partenaires réagissent au besoin de réservations à court terme et à forfait.

En Allemagne, le “SwissSwap” a été lancé récemment. Une publicité originale est nécessaire sur le plus important marché étranger de la Suisse. ST lance un appel à candidatures pour ceux qui ont le plus besoin de vacances en Suisse. En plus de se voir offrir le voyage en Suisse, les gagnants seront remplacés à leur poste de travail, afin qu’ils puissent se rendre dans notre pays en toute tranquillité. La campagne a été très bien accueillie en Allemagne.

Des mesures drastiques s’imposent pour les villes
Mais les mesures spéciales de marketing ne sont plus suffisantes au vu de la crise existentielle du tourisme urbain. Dans le cadre de ses efforts pour optimiser sa gamme de produits et mieux répondre aux besoins de ses clients, ST a identifié un besoin urgent d’action dans les centres-villes. Avec ses partenaires urbains, ST appelle donc à la revitalisation des centres-villes en tant que zones touristiques – y compris le dimanche. Non seulement la gastronomie, mais aussi le commerce de détail doivent être ouverts le dimanche dans les zones touristiques des centres-villes. “Nos hôtes veulent faire l’expérience de centres-villes animés. En hiver, l’expérience touristique se déplace de plus en plus vers l’intérieur. Cela signifie que l’expérience et l’activité urbaine gagne en importance. Et cela doit aussi être possible le dimanche. Sinon, je ne pressens rien de bon pour les hôtels des villes”, précise Martin Nydegger. ST, en concertation avec les villes, considère cette demande comme urgente. D’autant plus que la Suisse – contrairement à la situation de pandémie mondiale – a la mise en œuvre de cette demande entre ses propres mains. Martin Nydegger : “Il nous appartient maintenant de saisir cette opportunité ou de la laisser passer”.

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch