Actualité

McDelivery disponible à Genève via Uber Eats

Deux mois après le lancement d’Uber Eats à Genève et en réponse à une attente grandissante, McDelivery devient disponible grâce à un partenariat avec le service de livraison. Les Genevois auront désormais la possibilité de se faire livrer leur repas McDonald’s grâce à Uber Eats. Que ce soit chez soi, au travail ou encore dans un parc, quelques clics suffisent pour se faire livrer un repas en 30 minutes au maximum.

Disponible dès maintenant, le service permet aux utilisateurs de commander parmi les 13 restaurants McDonald’s de Genève via l’application ou le site web Uber Eats. Assuré par des livreurs à vélo ou à moto, le service de livraison couvre l’ensemble de la ville de Genève et ses environs, de 10h00 à 02h00 (ou jusqu’à la fin de la journée en fonction des heures d’ouvertures de chaque restaurant). Les frais fixes de livraison s’élèvent à CHF 4.90.- sans montant minimum de commande.

Dotée d’une technologie unique, l’application Uber Eats permet un suivi précis et minuté de l’état des commandes. Ainsi, l’utilisateur est non seulement informé de sa préparation et de sa remise au livreur, mais aussi de l’heure exacte de livraison grâce au suivi géographique mis à jour en temps réel. Quant au paiement de la commande, il s’opère facilement et sans espèces via l’application Uber Eats.

A travers ce lancement suisse, Uber Eats et McDonald’s étendent leur partenariat mondial. Déjà actives dans 27 pays, les deux entreprises collaborent avec près de 8000 restaurants McDonald’s à travers le monde. A noter que pour la France à elle seule, plus de 500 restaurants répartis dans 59 villes sont partenaires d’Uber Eats. En Suisse, l’application Uber Eats et le service McDelivery sont pour l’heure uniquement disponibles à Genève. D’autres villes devraient suivre au cours de l’année.

La crainte des syndicats
Syndicom s’inquiète d’une telle alliance : “La collaboration entre McDonald et UberEats peut avoir de conséquences importantes pour la branche des coursiers. Ce secteur en pleine expansion est connu pour ses mauvaises conditions de travail faute de conventions collectives. Par ailleurs, la pression concurrentielle et l’émergence de plateformes fragilisent encore davantage les conditions de travail. Avec la CCT Coursiers, qui entre en vigueur dès le 1er mai 2019, une convention collective de travail s’appliquera désormais à la branche. UberEats est appelé à s’y conformer pour ses conducteurs et conductrices. Faute de quoi, il favorise de mauvaises conditions de travail et la précarité.”

Tags
Voir plus

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer