Actualité

Musée de la communication : Entrées records en 2019

Le Musée de la communication a plus que triplé le nombre de ses visiteurs au cours des vingt dernières années. En 2019, il a accueilli un total de 115 664 personnes (1999: 36 297), soit 11 000 de plus qu’en 2018, année où il a franchi la barre des 100 000 entrées.

Jacqueline Strauss, sa directrice : «2019 a été une année remarquable, à double titre. Nous n’avions jamais eu autant de visiteurs auparavant et nous avons reçu un des trophées les plus convoités par les musées du continent.» Le Prix du musée du Conseil de l’Europe, que le Musée de la communication s’est vu remettre en avril 2019 à Strasbourg, est en effet l’un des deux principaux prix européens distinguant des musées. C’est la troisième fois seulement qu’il a récompensé une institution suisse. Mais il n’est pas la seule distinction couronnant un travail muséal innovant. Avec l’exposition Sounds of Silence (du 9.11.2018 au 7.7.2019), le Musée de la communication a remporté pas moins de cinq prix: un pour l’ensemble de l’exposition (Gold Brandex Award for the Best Thematic Exhibition), un pour le paysage sonore (International Sound Award 2019 dans la catégorie Soundscapes and Ambient Sound), un pour la scénographie (médaille de bronze du Deutscher Designer Club) et deux pour l’affiche (100 meilleures affiches et German Design Award).

Programme 2020: inhibitions, mort et transformation numérique
Le Musée de la communication traite actuellement des inhibitions. L’exposition Gonflé ou poule mouillée? (jusqu’au 19.7.2020) confronte les visiteurs avec eux-mêmes. Une expérience muséale inhabituelle particulièrement appréciée du public. «La fréquentation enregistrée au cours des premières semaines est très bonne. Près de 15 000 personnes ont affronté leur inhibitions!», indique la directrice, presque surprise.
L’exposition sera complétée en avril par l’installation vidéo de Mats Staub intitulée Death and Birth in My Life (du 17.4 au 21.6.2020). Il y fait le portrait artistique, dans des vidéos très personnelles, de personnes des quatre coins du monde qui évoquent leurs expériences de ces deux temps forts d’une vie. Des dialogues sensibles sur des thématiques qu’on passe généralement sous silence.
La prochaine grande exposition temporaire mettra en parallèle, dès novembre 2020, une société informée de manière fragmentaire et les énormes possibilités de la biotechnologie, de l’intelligence artificielle et de la numérisation. Intitulée Super – la seconde création se focalise sur l’optimisation de soi et les nouvelles découvertes. Une expérience qui combine pour la première fois en Suisse théâtre et exposition.

Mais le musée ne s’occupe pas seulement de la transformation numérique dans ses expositions. Il se pose de plus en plus souvent la question de ce qu’est la numérisation dans un musée de son temps. Comment un musée existe-t-il et se présente-t-il dans le monde numérique? Le Musée de la communication a développé l’année dernière une stratégie numérique pour se préparer aux défis à venir. Les premiers projets concrets ont déjà été lancés: l’exposition à succès Sounds of Silence a été reconstruite en tant que réalité virtuelle et le musée a développé, en collaboration avec un projet du Fonds national suisse, un outil didactique interactif sur le «Big Data». De plus en plus d’éléments de la collection du musée sont également accessibles en ligne. Dans un véritable tour de force, la collection de photographies du musée sera également numérisée au cours des dix prochaines années: elle compte environ 500 000 photos, de plus en plus menacées de disparition. Elles viendront bientôt compléter les quelque 150 000 entrées que possède la banque de données en ligne du musée.

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer