Actualité

Rapprochement Ringier-Axel Springer Suisse : joint venture ou rachat ?

L’éditorialiste de la Weltwoche Kurt W. Zimmermann a décrit, dans la dernière édition de cet hebdomadaire, les conditions de la transaction entre les groupes Ringier et Axel Springer. Cette joint venture à 50%-50%, annoncée à la fin décembre 2014, serait en fait un rachat des titres d’Axel Springer Suisse par Ringier.

La valorisation d’Axel Springer Suisse  étant inférieure à celle du groupe Ringier, le groupe allemand aurait dû mettre dans la corbeille de mariage une part plus importante que son partenaire suisse. Or, le rééquilibrage s’est fait d’une manière non monétaire par la cession du management de la nouvelle entité – Ringier Axel Springer Media AG – à Ringier. Par ailleurs, les bénéfices ne seront pas réparties à part égales mais seront comptabilisés uniquement sur les comptes de Ringier.

Une solution à l’amiable qui rappelle la vente d’une dizaine de titres d’Axel Springer Allemagne au groupe Funke en 2013. Le montant de cette vente s’élevait à 920 millions d’euros, dont une partie avait été prêté sans intérêt par Axel Springer. Ce que Ralph Büchi, membre du Conseil exécutif et président de la division internationale d’Axel Springer, décrivait (dans notre interview d’octobre 2013) comme ” un désinvestissement de trois segments peu rentables : la presse régionale, les magazines de télévision et la presse féminine.”

Une position de force
Cette nouvelle entité, qui doit encore être avalisée par la Comco, aura une position de poids dans le paysage médiatique suisse puisqu’elle réunira un nombre important de titres. Ceux de Ringier : Schweizer Illustrierte, SI Style, Gault&Millau, GlücksPost, Schweizer LandLiebe, Bolero, BoleroMen, TVtäglich (participation de Ringier), L’illustré, L’Hebdo, L’HebdoMen, TV8, Edelweiss, Le Temps. Et ceux d’Axel Spinger Suisse : Beobachter, Beobachter Natur, Tele, TVStar, TV vier, TV2, Handelszeitung, Bilanz, PME Magazine, Fachzeitschriften (Schweizer Bank, Schweizer Versicherung), Wirtschaftsnetz Online, Amiado Group et les sites Students.ch, Usgang.ch, Partyguide.ch.

A noter que le Blick et blick.ch ne font pas partie de cet accord.

Le groupe Tamedia aurait également été intéressé par une “reprise” des titres d’Axel Springer Suisse, mais c’est le groupe Ringier, déjà partenaire du groupe allemand en Europe orientale, qui l’a finalement remporté.

Déménagement vers Lausanne
En ce qui concerne les titres d’Axel Springer en Suisse romande (PME Magazine) et le site auféminin.ch, les équipes devraient rejoindre les bureaux de Ringier Romandie dès le feu vert de la Comcom. Une décision qui devrait arriver à la fin du mois d’août 2015.

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch
Daily Newsletter