Actualité

Ricardo, Amazon et Galaxus Digitec : le trio de tête des plateformes e-commerce suisses

Les commerçants en ligne suisses proposent souvent des prestations complémentaires telles que le suivi des envois en ligne (48%) ou l’avis préalable de la date de distribution de l’envoi (34%). La part des commerçants en ligne proposant l’expédition gratuite (2019: 54%; 2018: 51%) et le retour gratuit (2019: 28%; 2018: 25%) a aussi légèrement augmenté par rapport à l’année dernière.

C’est ce que montre un sondage auprès des commerçants en ligne suisses, réalisé en 2019 par la ZHAW School of Management and Law sur mandat de la Poste. Il s’agit de la réaction des commerçants en ligne suisses face à la popularité croissante des places de marché étrangères comme AliExpress. Pour les acheteurs en ligne aussi, ces prestations complémentaires gagnent en importance: le suivi des envois (76%) et l’avis préalable de la distribution de l’envoi (74%) occupent une place centrale pour les personnes faisant leur shopping en ligne. La distribution le jour même, par contre, est moins primordiale. C’est ce que montre le baromètre de l’e-commerce de la Haute école de gestion de Zurich (HWZ).

De plus en plus d’acheteurs utilisent les places de marché étrangères
35% des commerçants en ligne sont également présents sur des places de marché numériques, notamment Digitec ou Galaxus, afin de générer des ventes. L’entreprise Digitec Galaxus SA a encore gagné des parts de marché par rapport à l’année précédente grâce à la disparition de la plateforme Siroop (2019: 37%; 2018: 34%). 33% des commerçants en ligne utilisent les places de marché numériques afin de faciliter leur entrée sur le marché étranger. Outre leurs propres boutiques en ligne, places de marché et surfaces de vente, la moitié des commerçants vendent également leurs produits via Google Shopping et Facebook Marketplace. «De plus en plus de commerçants en ligne suisses utilisent aussi des canaux de messagerie instantanée tels que WhatsApp», explique Darius Zumstein, auteur de l’étude de la ZHAW. Selon le sondage, cela représente déjà un sixième des prestataires. Par ailleurs, les «shopping days» sont très appréciés des commerçants en ligne: près de la moitié d’entre eux participent au Black Friday.

Le trio de tête et les perdants
Du côté des consommateurs et des consommatrices, les plateformes comme Ricardo (80%), Amazon (76%) et Digitec Galaxus (67%) sont encore nettement plus populaires que les prestataires asiatiques tels que Wish (40%) et AliExpress (2019: 35%; 2016: 21%). D’autre part, on constate aussi que l’achat de marchandises asiatiques sur les places de marché étrangères est de mieux en mieux accepté par les clients suisses. Par contre, la plateforme eBay est de moins en moins utilisée (2019: 49%; 2016: 58%).

Modes de paiement : la facture et la carte de crédit restent des must
Pour les acheteurs en ligne, la convivialité de l’interface constitue de moins en moins un obstacle dans le processus d’achat (2019: 53%; 2016: 66%). L’achat via smartphone est également de plus en plus simple. Ainsi, 45% des commerçants en ligne proposent déjà des méthodes de paiement mobile telles que TWINT (2019: 31%; 2018: 24%). Cela répond à un besoin croissant de la clientèle qui privilégie de plus en plus souvent le paiement via smartphone: on a en effet constaté une hausse importante entre 2016 et 2019, passant de 6% à 23%. Les analyses montrent l’évolution des moyens de paiement mobile au détriment du paiement par facture (2019: 75%; 2016: 85%). Les factures, les cartes de crédit restent toutefois les modes de paiement standard dans les boutiques en ligne (83% chacun). Cela va dans le sens des besoins des consommateurs et des consommatrices, qui estiment qu’un traitement des paiements approprié est particulièrement important (87%) et qui paient principalement par facture ou par carte de crédit.

Les obstacles à l’exportation sont nombreux
Plus de 74% des commerçants en ligne vendent principalement leurs produits en Suisse, car les obstacles à l’importation sont trop importants. En particulier, les droits de douane (69%), l’expédition et la logistique (58%) et les coûts élevés des salaires et du stockage en Suisse (57%) sont perçus comme de véritables défis pour la distribution internationale. «Les droits de douane et les formalités douanières constituent le principal obstacle à l’exportation dans le secteur du commerce numérique», explique Darius Zumstein. «De plus, les législations étrangères freinent également l’exportation pour les fabricants et commerçants suisses.» Pour la plupart des consommateurs et consommatrices suisses, le fait que les marchandises soient achetées en Suisse ou à l’étranger ne semble pas avoir d’importance: 70% des personnes interrogées ont réalisé des achats sur des boutiques en ligne allemandes au cours des douze derniers mois et 41% sur des plateformes chinoises.

Plus de résultats détaillés sur www.poste.ch/digital-commerce/commerce-en-ligne.

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer