Actualité

Stratégie numérique suisse : vous pouvez donner votre avis!

Lors de sa séance du 17 septembre 2021, le Conseil fédéral a été informé des objectifs que poursuit l’administration fédérale en matière d’interfaces électroniques et du plan de route développé à cet effet. Les interfaces électroniques, ou plus précisément les interfaces de programmation d’application (API), sont le socle des services numériques proposés par les autorités, dans l’administration fédérale comme en dehors de celle-ci (partenaires d’autres administrations à tous les échelons fédéraux, de l’économie ou du grand public).

Conformément à l’objectif stratégique que s’est fixé la Confédération et à la demande du Parlement (cf. motions 18.4276, 18.4238 et 20.4260), la Confédération se doit de proposer une solution numérique pour ses prestations administratives. Les interfaces électroniques sont essentielles à cet égard, car elles permettent d’accéder directement à un logiciel et créent les conditions nécessaires pour proposer des prestations sur les portails de l’administration fédérale.

Le secteur Transformation numérique et gouvernance de l’informatique (secteur TNI) de la Chancellerie fédérale élabore à cet effet, en collaboration avec les départements et les offices, un document de référence sur l’architecture de ces interfaces (architecture API de la Confédération). Celui-ci sera publié d’ici à la fin 2021 et prévoira que l’administration fédérale simplifie l’accès à ses prestations en les rendant compatibles avec diverses solutions électroniques. Ces dernières comprennent tant les portails des autorités fédérales que des interfaces électroniques, qui doivent pouvoir être utilisées directement par des tiers.

Mettre les entreprises et le citoyen au centre
L’administration fédérale devra rapidement régler la question des interfaces électroniques pour mettre en œuvre l’architecture API. Les interfaces API de l’administration fédérale devront être conçues de façon à :

– permettre aux entreprises d’obtenir des prestations administratives (dépôt de demandes, autorisations, etc.) depuis leurs propres systèmes sans problème de compatibilité (sans devoir recourir à une application supplémentaire de la Confédération) ;

– permettre aux citoyens d’accéder aux prestations administratives sur les portails des autorités ou par des applications, y compris pour les téléphones, développées par des tiers ;

– garantir le bon fonctionnement de l’échange de données avec les administrations à tous les échelons fédéraux et les partenaires internationaux.

Pour que ces interfaces soient largement utilisées, il faut qu’elles soient documentées de manière centralisée et uniforme. L’administration fédérale tiendra à cet effet un annuaire API, placé sous la responsabilité du secteur TNI. Avant tout développement d’une application, on vérifiera si la prestation peut être proposée pour l’essentiel par une interface. Il sera toujours possible de développer des applications sans interfaces, par exemple pour celles de petite taille.

Sondage sur les besoins en interfaces
Afin de se faire une idée des interfaces qui sont particulièrement importantes pour les entreprises, les instituts de formation et les citoyens, le secteur TNI souhaite demander directement l’avis du public. Il a mis en place à cet effet une plateforme Internet sur laquelle les personnes intéressées peuvent annoncer leurs besoins en API. La plateforme est accessible sur www.digitaldialog.swiss et récoltera les avis jusqu’à fin octobre.

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch