Actualité

Syndicom pose les bases de l’économie 4.0

Dans sa dernière brochure, intitulée «Comment nous définissons le travail 4.0», syndicom propose des champs d’action spécifiques aux branches pour modeler le monde du travail numérique. Il exige notamment de lancer une offensive en matière de perfectionnement, de protéger les travailleurs du cloud ou de renforcer la participation des employé-e-s.

Dans cette nouvelle brochure, syndicom définit des champs d’action où le syndicat compte s’engager pour faire face aux transformations numériques de l’économie. Le syndicat s’appuie sur son manifeste «Pour une Suisse numérique à responsabilité sociale». Plus que tout autre syndicat en Suisse, syndicom s’est penché ces derniers mois sur les questions liées à la numérisation. Notamment parce qu’il représente des branches particulièrement touchées par cette évolution. La branche des médias ou le commerce du livre se développent très fortement, alors que la branche des télécommunications et de la logistique fournit des ressources pour l’infrastructure de réseau indispensables à la transformation numérique.

L’action syndicale permet la participation des salarié-e-s
syndicom a donc formulé des mesures et des revendications pour réagir dans le cadre du partenariat social aux enjeux du processus de transformation dans ses branches. Il donne des pistes concrètes d’action syndicale.

Ces prochaines années ,syndicom se concentrera sur des questions essentielles, telles qu’une offensive pour la qualification ou la protection des travailleurs nomades. syndicom exige notamment un droit au perfectionnement qui permette aux salarié-e-s de se qualifier dans les domaines professionnels et économiques en expansion. Une possibilité consiste à ancrer des droits de formation et de perfectionnement sous forme de temps et d’argent dans les conventions collectives de travail (CCT). Pour protéger les rapports de travail fragiles, syndicom exige d’introduire des systèmes de certification pour les plateformes de crowdworking. Les crowdworkers doivent être rémunérés et assurés selon les conditions locales usuelles dans la branche.

La participation permet du bon travail
Pour répondre à la complexité croissante de l’environnement professionnel ainsi qu’à la pression accrue à innover, syndicom souhaite renforcer la participation des employé-e-s. Les transformations numériques ne pourront réussir qu’à condition que les employé-e-s soient associés au processus. Ils doivent contribuer à façonner le travail de demain afin qu’il garde un caractère humain.

Les milieux politiques doivent fixer des conditions-cadres
syndicom continuera à s’occuper de la transformation numérique et des défis qu’elle soulève dans le monde du travail. Sa tâche se poursuivra jusqu’à la mise en place des conditions-cadres nécessaires pour une Suisse numérique à responsabilité sociale et la mise en œuvre de solutions concrètes avec les partenaires sociaux. D’ici là, syndicom entend peser sur la discussion publique et lors des négociations avec les partenaires sociaux.

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag
Daily Newsletter