Articles

Tout ce que vous voulez savoir sur la nouvelle régie publicitaire Admeira…

Markus Hollenstein, futur Chief Marketing Officer, et Reto Burkhalter, futur Head of Branding & Marketing Communications d’Admeira, racontent comment la marque a été créée et quels ont été les défis les plus importants.

Que signifie «Admeira»?
Reto Burkhalter: «Admeira» est un mot-valise composé du terme anglais «advertising», qui signifie publicité, et du mot «meira», qui signifie «objectif» en surmiran. Le surmiran est parlé dans les vallées de l’Albula et de l’Oberhalbstein et appartient aux dialectes romanches.
Markus Hollenstein: Le nom de l’entreprise associe ainsi un terme romanche profondément ancré dans la culture suisse et représentant des valeurs solides à un terme anglais, «advertising», symbolisant la modernité et la globalisation. Il fonctionne très bien dans toutes les langues de l’entreprise, c’est-à-dire l’allemand, le français, l’italien et l’anglais.

Quelles sont les valeurs incarnées par la marque ?
MH: Notre entreprise a pour ambition d’intégrer de nouvelles perspectives et de créer de nouvelles possibilités pour les marchés publicitaires et pour la place médiatique suisses. Nous voulons être une entreprise moteur et façonner l’avenir. Nous poursuivons un objectif clair dans toutes nos actions: ouvrir de solides perspectives d’avenir pour nos clients et pour la place médiatique suisse.

A quel point le nom de la nouvelle marque représente-t-il la stratégie de l’entreprise de commercialisation ?
RB: «Admeira» symbolise ce pourquoi nous nous engageons: livrer des annonces publicitaires ciblées à nos clients et au public cible visé. Le préfixe «ad» signifie notamment en latin «vers, pour». «Admeira» peut également être traduit par «vers l’objectif», soit la publicité qui réalise ses objectifs.

Un mot sur le logo ?
RB : Le logo est notre élément clé. Il nous représente en tant qu’expéditeurs dans tous les moyens de communication. La coupe en perspective rappelle l’ambition de l’entreprise: intégrer et créer de nouvelles perspectives. En outre, ce type de représentation visuelle exprime la dynamique et le mouvement dont nous avons besoin, en tant qu’entreprise moteur, pour façonner un avenir couronné de succès.

Comment procède-t-on pour trouver le nom d’une nouvelle entreprise? Avez-vous bénéficié du soutien d’une agence ?
MH: Pendant tout le processus de développement marketing, nous avons bénéficié des conseils de l’agence de branding Hotz Brand Consultants, qui s’est imposée lors d’une courte présentation. Trouver le nom de la nouvelle entreprise a été un processus intensif. Des propositions de noms ont été méthodiquement élaborées, étudiées, évaluées et clarifiées sur le plan juridique au cours de nombreuses réunions créatives avec les représentants de l’agence et ceux de Swisscom, de Publisuisse et de Ringier.

Comment vous êtes-vous partagé les tâches au cours du processus ?
RB: En plus de nous deux et des représentants de l’agence, de nombreux autres spécialistes du branding, du marketing et de la communication issus des trois entreprises impliquées dans la joint-venture ont participé au processus. La collaboration a été certes intensive, mais également créative, agréable et enrichissante.

Le nom de la nouvelle marque a-t-il été adopté suite à un compromis ou les membres du groupe de travail / du comité de pilotage se sont-ils entendus rapidement ?
MH: Le comité de pilotage s’est rapidement entendu sur le fait que le nom satisfaisait à toutes les exigences. Doté d’un fort potentiel d’identification, il délivre un message puissant et répond aux critères suivants: originalité, universalité linguistique, individualité et mémorabilité. C’est pourquoi nous avons également pu déposer le nom de l’entreprise.

Le nom du projet était «Tell». On s’était habitué à l’utiliser ces derniers mois. Le nom «Tell» a-t-il été considéré comme une option ?
MH: «Tell» n’aurait notamment pas pu franchir les différents obstacles juridiques.

On ne crée pas tous les jours une marque d’envergure nationale. Quel a été votre plus grand défi ?
RB: Aujourd’hui, lorsque l’on développe une nouvelle identité de marque, la discipline reine consiste à trouver un nom qui remplit tous les critères nécessaires et qui peut être déposé. Il est difficile de trouver encore un nom qui ne soit pas déjà enregistré et protégé.

Comment avez-vous réussi à garder secret le nom de l’entreprise alors qu’autant de personnes sont impliquées ?
RB: Honnêtement, nous sommes nous-mêmes étonnés que le nom n’ait pas été révélé plus tôt. En effet, nous devions toujours impliquer davantage de personnes afin que les travaux de préparation puissent avancer conformément au calendrier.

Les collaborateurs et le public seront informés le 17 mars. Cet entretien a été mené avant l’annonce officielle. Selon vous, quelles vont être les réactions? Etes-vous nerveux ?
MH: Nous sommes évidemment curieux à l’idée de voir comment les futurs collaborateurs d’Admeira vont accueillir la nouvelle marque et quelles seront les réactions des clients. Nous sommes très impatients d’entrer activement sur le marché avec notre nouvelle identité.

Le lancement de la nouvelle entreprise de commercialisation est déjà prévu pour le courant du deuxième trimestre 2016. L’entreprise va-t-elle bientôt mettre à disposition des imprimés commerciaux et des cartes de visite ?
RB: Les travaux de préparation battent leur plein à l’interne afin que nous ayons le maximum de matériel à notre disposition d’ici au lancement de l’entreprise début avril.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé