Articles

Un triple casse-tête pour le groupe Goldbach

Depuis des années, le groupe Goldbach doit faire face à un triple problème : la moitié des recettes provenant de la distribution TV, qui est sa principale activité, part à l’étranger. Les « activités d’avenir » demeurent marginales et depuis son entrée en bourse, il y a huit ans, l’action Goldbach n’est toujours pas rentable. Situation que la nouvelle équipe compte bien faire évoluer, sans être certaine d’arriver à ses fins.

Les fenêtres publicitaires allemandes sont le secteur le plus profitable pour le groupe Goldbach, qui y réalise la majorité de ses recettes. Une grande part de ces activités de distribution publicitaire est gérée par la filiale Goldbach Media (Suisse) SA (GMS), dont les deux chaînes privées allemandes ProsiebenSat1 et RTL détiennent toutefois 46% des parts (mais 50% des voix). Conséquence de cette répartition : les actionnaires minoritaires allemands profitent non seulement des recettes publicitaires réalisées sur leurs chaînes, mais ils absorbent également près de la moitié du bénéfice de GMS avant qu’il ne revienne au groupe. Ce dernier ne touche donc qu’environ la moitié du bénéfice TV, celui qui lui permet ensuite de financer les investissements ou, comme l’an passé, les corrections apportées au portefeuille (Russie, Roumanie, côte adriatique) et les pertes (notamment après les investissements hasardeux dans la Wilmaa Setup Box).

Une vache à lait pour l’actionnariat étranger
Ce qui a pour conséquence de réduire fortement le bénéfice des actionnaires du groupe. En 2014 par exemple, le bénéfice leur revenant n’était plus que de CHF 2,5 millions alors que les actionnaires minoritaires étrangers de GMS encaissaient pratiquement le double – une situation expliquant que certains actionnaires aient manifesté leur mécontentement lors de l’assemblée générale de juin 2015. Jens Alder, président du conseil d’administration, a tenté d’apaiser les esprits : il pronostique à long terme l’augmentation du chiffre d’affaires et des bénéfices des activités en ligne par rapport au secteur TV, ce qui explique que le groupe investisse à l’heure actuelle dans les marchés d’avenir définis par le conseil d’administration. Autrement dit, comme les nouvelles activités seront gérées par une autre filiale de Goldbach détenue à 100 % par le groupe, ce dernier devrait récupérer l’intégralité des bénéfices.

Les activités en ligne font du surplace
C’est ici que surgit le deuxième problème : au cours des douze mois passés et au premier semestre 2015, ces nouveaux secteurs d’activité n’ont pas rapporté de bénéfice, ou si peu que les activités en ligne du groupe se sont soldées par un nouveau recul du chiffre d’affaires de quelques points, comme cela avait déjà été le cas en 2014.
Le secteur radio s’en est mieux sorti avec, pour le premier semestre 2015, une augmentation de 26% par rapport à la période de référence – mais de fortes pertes avaient marqué ce premier semestre 2014. De plus, même si le segment radio se porte bien, ce sont ici aussi les groupes TV allemands qui en profitent les premiers car ils détiennent également 46% des parts.

L’action Goldbach vivote
Restons-en aux marchés d’avenir : le groupe Goldbach place presque tous ses espoirs dans son nouveau produit Goldbach Germany (distribution outre-Rhin de TV régionales allemandes), le marché télévisé global s’y chiffrant en effet à 4,6 milliards d’euros. Mais la création de ce marché n’est toujours pas achevée et a déjà coûté CHF 2,1 millions : une quinzaine de personnes ont été embauchées, 17 chaînes sont sous contrat et le chiffre d’affaires atteint déjà CHF 1,4 million. Selon le CEO Michi Frank, la part du marché de Goldbach est actuellement de 0,5%, mais les négociations engagées avec d’autres chaînes permettent d’escompter d’obtenir entre 1 et 1,5% à partir de 2016. Selon ce dernier, l’équilibre devrait être atteint la même année, avec un CA se situant entre CHF 46 et 70 millions. Il est donc impératif que la stratégie aboutisse.

Screenshot cash.ch 2015-08-24 um 15.45.29

D’autant plus que Goldbach est confronté à un troisième problème, comme le reconnaît M. Alder : jusqu’à présent, l’action Goldbach, cotée à la SIX Swiss Exchange, est loin d’être profitable, bien au contraire : émise en 2007 à CHF 50, elle a rapidement perdu du terrain, sa cote actuelle tournant autour de CHF 17. En juin, Jens Alder a annoncé aux actionnaires que l’actuel conseil d’administration s’était fixé comme objectif de générer une croissance entrepreneuriale se répercutant sur la croissance de la valeur boursière du groupe Goldbach.

Swisscom, SRG ou Ringier ? Surprise totale…
Quoi qu’il en soit, le premier semestre 2015 s’est soldé pour Goldbach par une tendance positive globale, le chiffre d’affaires ayant augmenté de 4,5% à CHF 227 millions, le bénéfice net faisant même un bond de 75% à CHF 2,4 millions.
Par contre l’entreprise semble avoir été prise de cours par la création de la co-entreprise Swisscom/SSR/Ringier. Se gardant d’abord de tout commentaire, ce n’est que trois jours plus tard, lors de la présentation des résultats du semestre, que le CEO Michi Frank a déclaré : « Grâce à notre bon positionnement, nous n’avons nul besoin de corriger notre stratégie suite à la présence d’éventuels nouveaux concurrents ». Ce qui ne l’empêche pas de s’intéresser aux données de Swisscom et SSR, deux entreprises contrôlées par les pouvoirs publics. « Nous voulons nous aussi pouvoir exploiter ces chiffres », a-t-il précisé.
Interrogé à ce sujet, Daniel Steiner, le porte-parole de SSR, a répondu que la nouvelle co-entreprise ouvrait ses portes à de nouveaux partenaires – « donc aussi à Goldbach ». Même réaction chez Swisscom, représentée par Carsten Roetz, qui a toutefois tenu à préciser qu’il n’était « pas prévu d’élargir l’accès aux données de Swisscom ou de ses partenaires à d’autres entreprises. »

Photo légende :(de gauche à droite) Jens Adler, président du Conseil d’administration; Michi Frank, CEO

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer