Actualité

Une campagne “Pour une Suisse sans clients” pour lutter contre la prostitution à Zurich

En Suisse, environ 20’000 femmes, dont la plupart sont des migrantes, se prostituent. 350’000 hommes sont clients au moins une fois par an. Il est pratiquement impossible de savoir si les femmes font ce travail de leur plein gré. “Chaque homme qui se rend dans une maison close doit s’attendre à avoir des relations sexuelles avec une prostituée forcée”, déclare Olivia Frei, directrice du centre pour femmes de Zurich. Pourtant, les femmes travaillent dans des conditions inhumaines et 60 à 80% des prostituées sont régulièrement victimes d’abus sexuels ou psychiques. Agir de manière autodéterminée n’est pas possible pour beaucoup – car elles ont besoin d’argent et n’ont pas d’autre choix”.

“Parallèlement à cette évolution, le women empowerment est un thème social absolument fort. Mais pourquoi pas aussi lorsqu’il s’agit de femmes contraintes à la prostitution ? Qu’en est-il du renforcement de l’image de la femme si cela est toujours possible en Suisse ?”, poursuit Dennis Lück, cofondateur et directeur de l’agence  brintkertlück Suisse. “C’est précisément le point de départ de nos messages”.

La campagne démarre à un moment stratégiquement important. En effet, le lundi 19 septembre 2022, le Frauenzentrale Zürich (Centre de liaison des femmes ) a déposé sa demande d’aide pour les personnes en situation de prostitution auprès du Conseil d’Etat. Son objectif : offrir une sécurité aux personnes prostituées et remettre en question publiquement la réglementation actuelle du commerce du sexe en Suisse. Pour cela, elle exige du canton de Zurich des réponses autour des programmes de sortie de la prostitution et souhaite informer et sensibiliser la société avec sa campagne “Pour une Suisse sans clients”.

Sonja Rueff-Frenkel, vice-présidente de Frauenzentrale Zürich, déclare : “Nous nous engageons pour que chaque femme puisse décider de sa sexualité sans contrainte, discrimination ou violence. C’est pourquoi des programmes d’abandon doivent également être mis à disposition”.
Alexandra Müller, responsable du marketing et de la communication au Frauenzentrale, ajoute : “Ce qui se passe dans la prostitution représente dans tant de cas une violation de la dignité humaine. En même temps, la prostitution est toujours synonyme de violence envers les femmes. Ainsi, la prostitution rend l’égalité des droits impossible. Le women empowerment ne doit pas s’arrêter à près de 20.000 prostituées”.

Les motifs de la campagne et les messages sont utilisés aussi bien sous forme d’images statiques que d’images animées.

 

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria" Réagissez à ce post en laissant vos commentaires ! Cominmag.ch c'est aussi Cominmag Live et en podcast

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch
Daily Newsletter