Start-up

Une rentrée EdTech qui change la donne pour la Suisse

L’innovation va jouer un rôle central dans l’éducation, c’est une certitude, une nécessité même au vu des défis de notre société qui se numérise. L’EdTech, appelée aussi « education technology », est un domaine d’activité qui se développe rapidement. Ses acteurs utilisent les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour rendre toujours plus accessible l’éducation et la connaissance.

Selon une récente étude de CB Insights, le marché EdTech mondial devrait peser 252 milliards de dollars en 2020 et touchera toutes les nouvelles technologies, de la réalité augmentée à la réalité virtuelle, l’impression 3D, la robotique et l’intelligence artificielle. Plus parlant encore, ce marché va toucher tous les stades de l’apprentissage et tous les âges, du préscolaire à la formation tout au long de la vie. Les opportunités sont donc considérables.

Comme on a pu le voir dans l’une de mes précédentes chroniques, la Suisse romande et le bassin lémanique, notamment, abritent de vraies perles. On pense par exemple à Coorpacademy, Mobsya, Klewel ou Goodwall. Depuis avril dernier, la région se positionne en pionnière dans le domaine. Le Swiss EdTech Collider a vu le jour à l’EPFL Innovation Park. Premier espace de coworking EdTech en Europe, il accueille plus de 30 startups et entrepreneurs ambitieux dont le projet est de transformer l’éducation au travers de la technologie.

Avec le lancement du Kickstart Accelerator Edtech en juin, le dynamisme de notre écosystème rayonne désormais dans le monde. Des startups de près de 40 pays ont postulé cet été au programme lancé en partenariat avec l’EPFL et piloté par venturelab. Sur les dix startups qui participeront cet automne au programme de 11 semaines à l’EdTech Collider, pas moins de six viendront de l’étranger. La Suisse retrouve un rôle pionnier de formation dans un domaine d’avenir avec le premier accélérateur dédié aux technologies de l’information appliquées à l’éducation. De bel augure !

En parallèle les acteurs romands du domaine continuent à se distinguer. Le petit robot éducatif Thymio a une nouvelle fois été choisi par la Fondation « La main à la pâte » pour enseigner la programmation dans les écoles françaises, preuve de la pertinence du concept de l’association à but non lucratif Mobsya. Plus de la moitié des 25’000 robots Thymio répartis dans le monde sont d’ailleurs utilisés dans des établissements scolaires.

Autre exemple récent d’application EdTech romande, celui du tapis Adventures-Mat développé à Sierre. La startup Adventures-Lab a lancé avec succès, lors du World VR Forum de Crans-Montana, le premier tapis de jeu qui utilise la réalité augmentée pour ajouter du contenu éducatif via une application mobile sur smartphone ou tablette. Les enfants, parents et professeurs qui l’ont adopté sont déjà conquis.

Portée par des projets tels que le programme « Fair Sharing » de Nanolive, la rentrée EdTech s’annonce passionnante. Rappelons que la startup va mettre à disposition des écoles dans le monde un nombre limité de ses microscopes 3D Cell Explorer. Ils permettront aux écoliers de découvrir en temps réel des cellules vivantes sans les modifier ou les endommager : une première qui transformera l’enseignement des cours de sciences.

Tags
Voir plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close