Start-up

Vers des villes intelligentes, innovantes et participatives

La transformation numérique des villes est un sujet passionnant. Il y a un peu moins d’une année, je consacrais une première chronique à ces villes qui se réinventent pour notre société connectée. Depuis lors ce domaine n’a cessé d’évoluer, notamment en Suisse.

En décembre 2014, la ville de Porrentruy a lancé avec Creapole le projet mysmartcity.ch, un programme ambitieux dans l’Arc jurassien qui vise à développer et concrétiser des projets innovants dans le domaine de la ville intelligente. Les grands acteurs suisses des télécommunications s’intéressent aussi de plus en plus aux « smart cities ». Preuve en est le Swisscom Dialogue Forum organisé en juin dernier à Lausanne, un événement traitant de la transformation numérique des villes et ses opportunités.
Pour rappel : une Smart City permet de conjuguer les infrastructures des villes, les différentes technologies et les nouveaux usages du partage de l’information à travers des modèles innovants. Cette convergence permet d’améliorer l’efficacité de la ville, mais également de l’entreprise, au profit du bien-être des citoyens. Mais peut-on appliquer ces innovations sur de vieux principes? Quel profit et quel retour sur investissement pour la ville? Quels sont donc les impacts de ses nouveaux usages pour une ville et ses habitants?

Des compétences de pointe pour la ville intelligente
Pour répondre à toutes ces questions, Innobridge organise le 23 septembre un grand événement Smart City 2015 au Swiss Tech Convention Center de l’EPFL. Ce sera l’opportunité de faire le point de la situation, avec des retours d’expérience de grands acteurs tels que Salt, Romande Energie et la Ville de Lausanne. Lors de cette journée, cinq startups de pointe ont été invitées à se présenter.

Pionnière suisse de la mobilité autonome, BestMile vient de terminer avec succès le projet pilote européen CityMobil2 qui a permis de tester des véhicules sans chauffeur sur le campus de l’EPFL et de transporter plus de 5000 personnes. Autre acteur incontournable, la startup vaudoise Novaccess basée à Y-Parc traitera de l’éclairage public intelligent, un domaine dans lequel la jeune société a acquis une expertise certaine. Comprendre la ville connectée et ses données est essentiel. C’est ici qu’interviennent des startups comme CITIViZ et VisioSafe. La première met l’intelligence urbaine au service de la mobilité et de ses besoins (circulation, parking). La seconde a breveté une technologie permettant de traquer anonymement les flux de visiteurs dans un lieu donné, pour optimiser l’utilisation d’infrastructures publiques telles que des gares. La cinquième startup en lice est la genevoise OrbiWise. La société s’est fait connaître en remportant en 2014 le 2ème prix du concours « Cleantech Genève » pour Ecollect’, un projet de poubelle publique intelligente qui informe le centre de collecte de son niveau de remplissage en temps réel, via un capteur miniature et un système innovant de télécommunication.

Comme le démontrent toutes ces solutions, la ville intelligente prend forme, même s’il reste encore beaucoup à faire pour qu’elle devienne efficace, innovante et collaborative. Heureusement on peut compter sur le talent et surtout la vision de jeunes entreprises suisses très motivées.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer