Actualité

Enigma signe la campagne “soldes” de Balexert

Ayant remporté pour trois ans le mandat de la communication de Balexert, l’agence Enigma lance sa première campagne à l’occasion des soldes 2014.

Qui dit une nouvelle agence, dit un nouveau langage de communication ! Cherchant à se démarquer des publicités traditionnelles des centres commerciaux, l’agence et son client ont décidé d’investir un territoire d’expression inusité dans cette branche qui préfère généralement mettre en avant son offre. Ici, l’accent est mis sur le moment de plaisir que s’offrent les visiteurs du centre. Moment qui se prolonge au grand dam de leurs enfants.

Pas de banque d’images
Les photos des trois visuels, inspirées du travail de l’artiste Jill Greenberg, ont été réalisées par la photographe genevoise Sandra Pointet. Les enfants ont été sélectionnés suite à un casting. Quant aux larmes, “elles sont constituées d’eau sucrée”, rassure le CEO de l’agence Enigma, Olivier Perez Kennedy. “Ces enfants ne pleuraient pas, ils étaient juste fatigués après une longue séance de shooting. Nous avons gardé les dernières pauses.”

Le plan média de la campagne comprend de l’affichage, des annonces et des Google ads.

Tags

Articles similaires

18 Commentaires

  1. Affreux ! L’image des femmes : frivoles et prêtes à tout pour l’apparence, jusqu’à en oublier la chair de leur chair … et pas qu’une fois (encore oublié !!!)

    A quoi auront servi ces années de combat féministe pour arriver à être l’égale de l’homme, si c’est pour les reléguer au rang d’image sans cervelle ….

    Cette publicité a dû faire les choux gras de nombre d’hommes, surtout en Suisse où le machisme est de mise et le rôle de la femme à la maison ….

  2. Enigma a signé pour trois ans avec Balexert pour sa communication … La première est malheureusement mauvaise … dommage. Elle aurait pu être excellente.

    Premier point : l’image … l’enfant a l’air triste et l’image ne colle malheureusement pas au sujet : les soldes. Pourquoi un centre commercial afficherait un enfant qui pleure à part pour faire la promotion de son stand information qui accueille les enfants ayant perdu leurs parents. Mais en tout cas pas pour annoncer une campagne de soldes

    Deuxième point : le côté émotionnel que véhicule l’image. Il ne se rapporte pas à une maman excitée à l’idée de tout laisser tomber pour faire les soldes.

    Troisième point : l’espace utilisé est excellent, alors pourquoi le gâcher avec une image choc pour un sujet aussi léger que les soldes. Une enfant en larmes évoque plutôt la perte d’un doudou, la douleur
    suite à une maladie, la faim ? la soif ? mais pas les soldes, non !

    Quatrième point : Une règle de base pour la communication : les marques et les entreprises doivent mettre le client au cœur de leur communication. Ici, les mamans ne sont pas prisent au sérieux
    au contraire, le texte et le thème fait plutôt penser à une mère indigne qui oublie son enfant… TRES MAUVAUS POINT.

    Cinquième point : La communication autour d’un sujet comme les soldes ne devrait elle pas être plaisante et communiquer de la joie ?
    Dans le cas présent c’est raté….L’histoire racontée par l’image est triste.

    La communication visuelle ayant un pouvoir énorme, pourquoi avoir négligé ce point. Avec une enfant souriante accueillant sa maman au retour des soldes aurait été plus heureuse. Le cerveau humain mémore plus facilement les images positives, l’effet
    aurait été meilleur….L’émotion inspirée aurait pu être le désire, l’excitation, l’émerveillement et l’envie. Ici, l’image évoque
    la peur et la crainte…Personnellement, je ne souhaite pas emmener mon enfant à Balexert ses prochaines semaines pour lui éviter de voir cette petite fille en pleurs.

    Le seul point positif de la campagne est le buzz qui sera généré…. mais il aurait pu être plus inspirant. et surtout moins dégradant pour les mamans…et les papas… Le créateur de l’affiche a-t-il des enfants ???…

  3. @Shirley Rose
    Merci d’avoir pris le temps d’analyser cette publicité. Ne pas l’aimer est votre droit le plus stricte et je vous remercie pour votre feedback.
    Sur la tristesse de l’enfant ce n’est pas une “erreur” mais une volonté. Au lieu de montrer les soldes, nous avons choisi de montrer l’effet des soldes avec un trait d’humour et de tendresse.

  4. Je suis particulièrement choquée par les 2 slogans “Maman, elle m’a laissée sans elle” et “Maman, m’a encore oublié”.
    Qui en 2014 peut-encore penser que c’est une idée originale de réduire les femmes à des consommatrices écervelées?
    Cette campagne est rétrograde, sexiste et particulièrement insultante pour les mères.
    Certes, il existe une affiche qui parle du papa, mais lui va juste “faire très long” et non pas oublier son enfant!
    Définitivement, cette campagne ne me donne aucune envie d’aller faire les soldes à Balexert.
    Quel publicitaire peut bien penser que de voir un enfant pleurer vas nous donner envie d’aller acheter?

  5. Bienvenue à l’âge de pierre!! La femme n’a qu’à se faire traîner par les cheveux pour retourner dans sa grotte, le tout bouche fermée bien sûr… À quand le retour de l’école ménagère? Les auteurs de cette campagne ont-il déjà réussi à se reproduire? Si ce n’est pas le cas, je leur souhaite d’avoir des filles aussi sottes que les mères décrites dans leurs pubs…

  6. Cette campagne est humouristique, osee et intelligente. Bravo a l’agence Enigma. Tres beau debut de mandat, on a hate de voir la suite.

  7. Enigma, vous écrivez ceci :

    ” Au lieu de montrer les soldes, nous avons choisi de montrer l’effet des soldes avec un trait d’humour et de tendresse.”

    Vous voyez de la tendresse dans cette image ????

    Moi pas… Mais alors pas du tout !
    Je ne vois que tristesse et angoisse

  8. ENIGMA ÉCRIT : “Au lieu de montrer les soldes, nous avons choisi de montrer l’effet des soldes avec un trait d’humour et de tendresse.”

    Vous voyez de la tendresse sur ces affiches ?
    Moi je n’en vois aucune !
    Je ne vois que tristesse et angoisse surtout sur le visage du petit garçon

    Vouloir à tout prix qu’on parle d’eux…

  9. Bravo pour cette campagne. Il faut la prendre au deuxième degré. De plus, c’est la triste réalité. Dans les magasins il y a toujours des enfants seuls qui pleurent ou qui se roulent par terre et les parents les laissent faire.

  10. Je ne vois aucune tendresse dans cette image. Quand à l’humour, il est très personnel. Cela doit être de l’humour de célibataires sans enfants…
    Il y a des publicistes qui ont du talents, mais là, je les trouve pathétiques. Vouloir à tout prix faire parler d’eux en usant des larmes d’enfants… non, ils ne connaissent assurément pas le monde de l’enfance vu par des parents.
    @Sarah…. on sent que vous n’avez pas d’enfant. Peut-être que vos futurs enfants se rouleront par terre… vous vous souviendrez peut-être de ça et je doute que vous puissiez faire quoi que ce soit.

  11. Le plus gênant dans cette campagne, c’est qu’elle utilise le même concept qu’une campagne Eurostar réalisée par l’agence Leg il y a quelques années. Cette campagne avait été primée, je crois, au Club des DA donc il me paraît difficile qu’un créatif ne la connaisse pas. Dommage pour l’agence en question.

  12. Encore du copier-coller, une chose à laquelle cette agence nous a déjà largement habitués par le passé.
    http://www.joelapompe.net/2014/01/09/sad-story-crying-childs-sales/
    https://www.behance.net/gallery/City-of-Melbourne/276451
    http://travelling.cominmag.ch/media/ul/images/_MG_6081.460.jpg
    Le relooking DeinDeal qui était une furieuse copie de Fab. Et d’autres.
    Décevant pour la création suisse.

    Et vous justifier en publiant une vidéo sur la page Facebook de Balexert en ne montrant que les réactions positives…
    Le buzz à tout prix peut devenir très contre-productif pour votre client.

  13. Encore une agence qui n’a qu’un objectif, faire sa propre pub sur le dos de son client! C’est serte décalé, mais pas humoristique et surtout réducteur!
    Les mamans qui sont l’un des principaux coeurs de cible, doivent apprécier.
    Où sont passés les vrais créatifs?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag
Daily Newsletter