Actualité

Entre pandémie et élections politique, 2020 sera l’année où Google aura bloqué le plus de messages publicitaires

En 2020, l’application des politiques de publication sur Google ont été mises à l’épreuve par la pandémie mondiale, de multiples élections dans le monde entier et la lutte continue contre les acteurs qui cherchent de nouvelles façons de profiter de la crédulité des internautes. Des milliers de Googlers ont donc du travailler 24 heures sur 24 pour offrir une expérience sûre aux utilisateurs, créateurs, éditeurs et annonceurs.  Résultat : environ 3,1 milliards d’annonces violant les règles de la plateforme ont été supprimés et 6,4 milliards d’annonces supplémentaires ont été restreintes.

La restriction de ces messages a dû tenir compte des règles internes et des lois locales et des programmes de certification, afin que les publicités approuvées ne soient diffusées que là où elles sont appropriées, réglementées et légales. Ainsi, par exemple, il a été demandé aux pharmacies en ligne de suivre un programme de certification. Une fois certifiées, leurs annonces ne sont diffusées que dans certains pays où la vente en ligne de médicaments sur ordonnance est autorisée. Au cours des dernières années, une augmentation des réglementations publicitaires spécifiques à chaque pays a été constatée. Par conséquent, la restriction des annonces permet à Google d’aider les annonceurs à respecter les exigences au niveau régional avec un impact minimal sur leurs campagnes plus larges.

Cette surveillance a nécessité un investissement dans la création d’outils de détection automatisés afin d’analyser efficacement le Web pour respecter la conformité de la politique des éditeurs à large échelle. Cet outil a permis de définir de nouvelles règles et à la suppression des publicités sur 1,3 milliard de pages d’éditeurs en 2020, contre 21 millions en 2019.

Combattre les nouvelles formes de fraude et d’escroquerie
Les périodes de tension sont sujettes à une recrudescence des publicités opportunistes, de création d’entreprises virtuelles inexistantes et des comportements frauduleux de la part d’acteurs cherchant à tromper les utilisateurs. En 2020, Google a, en plus de l’édition de nouvelles règles et du développement d’outils de détection, également augmenté l’examen humain des signaux venu du réseau notamment via les commentaires des utilisateurs.

C’est ainsi que le nombre de comptes publicitaires non conformes et détectés a augmenté de 70 %, passant de 1 million à plus de 1,7 million. 867 millions d’annonces ont été supprimées pour avoir tenté d’échapper aux systèmes de détection, y compris le cloaking, et 101 millions d’annonces supplémentaires pour avoir enfreint les règles de fausses déclarations. Soit un total de plus de 968 millions d’annonces.

Rester agile face aux nouvelles menaces
Lorsque le nombre de cas de COVID-19 a augmenté dans le monde en janvier 2020, la politique relative aux événements sensibles a été appliquée afin d’empêcher des comportements tels que l’augmentation du prix de produits comme les désinfectants pour les mains, les masques et les articles en papier, ou les publicités vantant de faux remèdes. Au fur et à mesure que la pandémie de développait, il a été mise sur pied une stratégie d’application pour commencer à permettre aux prestataires médicaux, aux organismes de santé, aux gouvernements locaux et aux entreprises de confiance de diffuser des mises à jour essentielles et du contenu faisant autorité, tout en empêchant les abus. Au total, la diffusion de plus de 99 millions d’annonces liées à COVID  ont été bloquées tout au long de l’année, y compris celles concernant des remèdes miracles, des masques N95 en raison de pénuries d’approvisionnement et, plus récemment, de fausses doses de vaccin.

Protéger les élections dans le monde entier
Lorsqu’il s’agit d’élections dans le monde entier, les publicités aident les électeurs à accéder à des informations fiables sur les candidats et les processus de vote. Au cours des dernières années, Google a mis en place des politiques et des restrictions strictes concernant les personnes autorisées à diffuser des publicités liées aux élections sur sa plateforme et la manière dont elles peuvent cibler les publicités. Des bibliothèques complètes de publicités politiques ont été édifiées aux États-Unis, au Royaume-Uni, dans l’Union européenne, en Inde, en Israël, à Taïwan, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Lors de la présidentielle aux États-Unis plus de cinq millions d’annonces ont été mises en pause et plus de trois milliards de requêtes de recherche faisant référence à l’élection, aux candidats ou à son résultat ont dû être bloquées. À l’échelle mondiale, plus de 5 400 annonceurs électoraux supplémentaires ont été contrôlés en 2020. Ce travail de surveillance va se poursuivre en 2021.

 

 

 

 

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag
Daily Newsletter