Actualité

Google a supprimé des dizaines de millions d’annonces frauduleuses liées au COVID-19

Depuis le début de l’épidémie de COVID-19, Google a surveillé de près le comportement des annonceurs afin de protéger les utilisateurs des publicités cherchant à tirer profit de la crise. Ces publicités proviennent souvent d’acteurs sophistiqués qui tentent de se soustraire aux systèmes de contrôle par des tactiques avancées. Par exemple, au fur et à mesure de l’évolution de la situation, il a été constaté une forte augmentation des publicités frauduleuses pour des produits très demandés comme les masques faciaux. Ces publicités faisaient la promotion de produits dont le prix était nettement supérieur à celui du marché, présentaient de manière inexacte la qualité des produits pour inciter les gens à acheter ou étaient placées par des commerçants qui n’ont jamais rempli les commandes.

Un groupe de travail COVID-19 travaille 24 heures sur 24. Il a mis au point une nouvelle technologie de détection et a également amélioré les systèmes de contrôle existants pour arrêter les mauvais acteurs.  Au cours des derniers mois, les équipes de Google ont bloqué et retiré des dizaines de millions de publicités liées aux coronavirus pour violation de la politique, notamment pour avoir pratiqué des prix abusifs, tiré parti de la pénurie mondiale de fournitures médicales, fait des déclarations trompeuses sur les traitements et promu des allocations de chômage illégitimes.

En 2019, Google a supprimé 2,7 milliards de publicités inappropriées, soit plus de 5 000 publicités par minute. Au cours des derniers mois, Google a bloqué ou supprimé des dizaines de millions d’annonces liées à COVID. Au total, 31 nouvelles politiques ont été mises en œuvre dans des catégories telles que les finances, les soins de santé et le soutien technique. Près d’un million de comptes publicitaires ont été résiliés pour violation. Google a supprimé plus de 1,2 million de comptes d’éditeurs de ses plateformes et des annonces sur plus de 21 millions de pages d’éditeurs.

Améliorer l’application de la loi contre le phishing et les publicités “en clic”
Le phishing, une pratique courante utilisée par des acteurs malhonnêtes pour recueillir des informations personnelles auprès des utilisateurs sous de faux prétextes. Par exemple, en 2019, certains acteurs malveillants cherchaient à cibler les personnes souhaitant renouveler leur passeport. Ces publicités imitaient de vraies publicités pour des sites de renouvellement, mais leur but réel était d’amener les utilisateurs à fournir des informations sensibles telles que leur numéro de sécurité sociale ou de carte de crédit. Un autre domaine d’abus courant est celui des publicités “trick-to-click” – qui sont conçues pour inciter les gens à interagir avec elles en utilisant des liens proéminents (par exemple, “cliquez ici”) souvent conçus pour ressembler à des avertissements du système de l’ordinateur ou du téléphone portable.

En 2019, une équipe interne a été chargée de suivre les modèles et les signaux de ces types d’annonceurs frauduleux afin de pouvoir identifier et supprimer leurs publicités plus rapidement. Résultat, il s’en est résulté une diminution de près de 50 % des mauvaises publicités diffusées dans les deux catégories par rapport à l’année précédente. Au total, plus de 35 millions de publicités de phishing et 19 millions de publicités “truck-to-click” ont été bloqués en 2019.

 

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer