Actualité

Landor Trend Watch 2020 : place à l’humain !

Le  cabinet de conseil en marques Landor présente son rapport de veille des tendances pour 2020. La leçon 2020 est que les entreprises et les marques ne devraient pas se concentrer uniquement sur l’application pratique de la technologie, mais plutôt examiner son impact sur le niveau humain et donc sur la culture et la société. “La marche de la technologie est implacable. En 2020, la science-fiction deviendra enfin une réalité scientifique. D’ici 2020, on prévoit que la moitié des recherches sur Google seront effectuées par la voix. Les marques doivent donc définir leur propre voix distinctive”, a déclaré Jane Geraghty, PDG mondial de Landor Group.

Les principales conclusions du rapport Landor Trend Watch pour 2020 :

  • Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? Alors que nous passons des interactions à l’écran à la communication vocale, nous entrons dans ce qui pourrait être le moment le plus important dans la conception de la marque, du mouvement et de l’interface depuis l’invention du logo. L’élément le plus important de l’identité d’une marque devient la voix qui a le potentiel de donner vie à une marque.
  • 5G va changer le monde : Le lancement de la 5G sera la plus grande opportunité et le plus grand défi pour les marques en 2020 – grâce à une plus grande connectivité, des expériences vraiment immersives et des interactions sans faille qui sont immédiates et personnelles. Les marques doivent se familiariser le plus rapidement possible avec les nouvelles règles d’un monde 5G.
  • Défi dans les marchés émergents : Les plateformes numériques telles que Uber et Amazon connaissent un succès phénoménal sur leur marché national, mais ne parviennent pas à s’imposer sur les marchés émergents. L’une des raisons de cette situation est que ces marques n’ont pas réussi à se positionner avec succès dans le contexte local.
  • Retour à l’ère des petites données : Chaque minute, nous effectuons 3,8 millions de recherches sur Google, envoyons près de 150 000 e-mails et mettons en ligne 500 heures de vidéo sur YouTube. Mais aujourd’hui, nous sommes confrontés à une réaction brutale contre les grandes données. Les “petites données” centrées sur l’homme, opportunes et significatives – mais aussi compréhensibles – deviennent de plus en plus importantes. Les données qualitatives fournissent souvent les informations essentielles pour établir de véritables relations de marque.
  • Interaction avec la marque au lieu d’une consommation aveugle : nous n’achetons pas le produit, mais l’accès aux choses et aux expériences. De plus en plus de personnes ne veulent pas posséder de voiture, mais veulent se rendre d’un endroit à un autre. Une marque ne se réduit plus à des logos et des labels ou à la qualité d’un produit ou d’un service. Il s’agit bien plus de la signification de la marque dans la vie d’une personne – c’est l’expérience de l’interaction entre les consommateurs et les marques qui compte.
  • Raconter une histoire devient “faire une histoire” : parler est de l’argent, agir est de l’or. Les consommateurs attendent des entreprises qu’elles agissent – de manière responsable, durable et éthique – et qu’elles aient un impact positif sur le monde. Nous passons de l’ère du leadership de la pensée à celle du “leadership de l’action”, où le récit devient “l’action de l’histoire”. Les marques qui ne le font pas risquent de glisser dans l’insignifiance.
  • Toute entreprise qui s’efforce d’être la meilleure a besoin de salariés qui donnent le meilleur d’eux-mêmes : Depuis des décennies, la productivité et la fonctionnalité sont les principales priorités dans l’aménagement des bureaux. La relation de travail était purement transactionnelle : les employés exerçaient des activités et étaient payés pour celles-ci. Au fil du temps, l’aménagement des bureaux est devenu plus sophistiqué : du hotdesking au coworking, les lieux de travail organiques et l’aménagement des bureaux ont été privilégiés. Nous vivons actuellement un nouveau changement de paradigme : l’aménagement des bureaux et l’environnement de travail doivent être axés sur l'”expérience”.
  • Il est payant de faire le bien : Le changement climatique est devenu une urgence climatique. Les écoliers du monde entier sont en grève et des personnes influentes – de Greta Thunberg à David Attenborough – montrent du doigt les dirigeants mondiaux. Les marques progressistes se mettent en avant et prennent elles-mêmes l’initiative en matière de protection de l’environnement. À mesure que la demande des consommateurs pour des biens durables augmente, il est de plus en plus payant d’être bon.
  • La marque est entre les mains du consommateur : la marque est passée d’une simple promesse au client à une relation réciproque, puis s’est concentrée sur l’expérience du consommateur. Aujourd’hui, nous voyons le dernier développement où la gestion de la marque est pilotée par la communauté. Il est construit autour de groupes partageant les mêmes idées, notamment les consommateurs et les fans, mais aussi les employés et les personnes d’influence.

 

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer