Actualité

Les éditeurs veulent plus d’aides indirectes à la presse mais de subventions

Lors de la traditionnelle journée “des rois” organisée depuis 20 ans par Schweizer Medien, le président de cette association, Pietro Supino, a plaidé pour une hausse massive de l’aide indirecte à la presse passant de 30 à 120 millions de francs par année, ceci afin d’alléger les coûts de distribution des journaux alors même que les tirages diminuent. De quoi critiquer une nouvelle fois le manque de transparence des tarifs de la Poste dans ce domaine, reprochant au Géant jaune de transférer le financement de son mandat de service public sur le dos des éditeurs et en fin de compte sur les abonnés des journaux.

Concernant la prochaine discussion sur la Loi des médias électroniques, le président de Tamedia a rejeté toute idée de subventionnement au travers du produit de la redevance radio-tv de nouveaux médias gratuits en ligne, comme prévu par le texte. «Plus de 80% de la population utilise les offres numériques de nos membres. Quand il n’y a pas de manque, il n’y a pas non plus de nécessité d’une intervention de l’Etat pour des offres médiatiques financées par les pouvoirs publics».

Quant à l’avenir de la presse, les autres intervenants ont tous reconnu des baisses publicitaires et d’un taux de réabonnement plus faible. Une lueur d’espoir semble toutefois poindre avec un changement de comportement de la part des internautes face aux contenus payants. Ce qui a poussé Felix Graf, CEO de la NZZ, a soutenir la création d’une plate-forme avec un login commun.

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria" Réagissez à ce post en laissant vos commentaires ! Cominmag.ch c'est aussi Cominmag Live et en podcast

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch
Daily Newsletter