Actualité

#Sondage LSA : La majorité des agences de communication restent en home office

L’assouplissement des mesures de lutte contre le coronavirus annoncé par le Conseil fédéral le 26 mai dernier représente un nouveau pas vers la normalité. L’exigence du travail à domicile devient une simple recommandation pour les entreprisses qui effectuent des dépistages une fois par semaine. Le retour au bureau doit être progressif afin de ne pas compromettre la vaccination des effectifs. Une fois que toutes les personnes qui le souhaitent seront vaccinées, la règle du travail à domicile sera aussi assouplie pour les entreprises sans dépistage hebdomadaire. En d’autres termes, l’exigence du travail à domicile sera abandonnée sous certaines conditions, ce qui permettra un retour dans les locaux des agences. Un sondage de l’association LEADING SWISS AGENCIES montre que cet assouplissement n’a pas encore entraîné de retour massif au bureau parmi les agences de communication leaders en Suisse.

Réticence à retourner à l’agence
Près de 44 % des agences interrogées laissent à leurs employés le soin de décider s’ils reviennent au bureau et dans quelle mesure, 34 % déclarent qu’elles continueront à maintenir une part importante de travail à domicile, et 23 % d’entre elles indiquent que leurs collaborateurs seront autorisés à retourner travailler au bureau de façon illimitée avec effet mmédiat dès leur deuxième dose de vaccin administrée. D’autres encore annulent complètement la présence au bureau, ou au contraire incitent à y revenir le plus tôt possible en suivant un concept de protection.

Critique des tests répétitifs de dépistage
Seuls 17 % des agences effectuent des tests répétitifs de dépistage (hebdomadaires) car ceux-ci entraîneraient un excès de travail administratif. En outre, il n’est toujours pas clair si ces tests sont également requis pour les entreprises dont le personnel travaille principalement à domicile. Les auto-tests réguliers ne sont exigés que par une minorité d’agences (25 %). En général, les agences font appel à la responsabilité personnelle des employés et leur recommandent de se faire tester.

Différentes approches quant au port du masque obligatoire
La plupart des agences se sont vraisemblablement habituées au port du masque. Elles présentent toutefois des approches différentes dans l’éventualité où l’obligation de porter un masque venait à perdurer. Près de 44 % des agences laissent à leurs collaborateurs le soin de décider s’ils veulent travailler au bureau malgré l’obligation de porter un masque,

35 % déclarent que cette obligation n’a aucune influence sur leurs directives tandis que tel est le cas pour un peu moins de 29 % d’entre elles. Quant aux réunions avec les clients, le résultat est très uniforme : les souhaits de ceux-ci sont pris en compte autant que possible et les réunions physiques sont devenues plus fréquentes, dans le respect des distances et des mesures d’hygiène.

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag
Daily Newsletter