Actualité

2022 sera l’année du “recommerce”

L’étude “Die Marktplatzwelt 2020” répertorie plus de 170 places de marché différentes rien que dans la région DACH. S’y ajoutent de nombreuses boutiques en ligne spécialisées. Parallèlement, on constate également un changement dans le comportement d’achat de nombreux consommateurs, qui deviennent non seulement plus exigeants, mais aussi plus attentifs à des critères tels que la durabilité. Le spécialiste de la gestion des retours BuyBay,Oliver Lauterwein, a observé ces évolutions et explique pourquoi il considère le “re-commerce” comme l’une des méga-tendances pour l’année 2022.

“Chaque année, on me demande quelles sont les tendances du commerce électronique que je vois pour l’année à venir. La plupart du temps, je pense à divers développements ayant un potentiel de tendance. Actuellement, plusieurs changements sur le marché et dans le comportement des consommateurs convergent vers un seul et même mouvement : la tendance au re-commerce”, explique Oliver Lauterwein Chief Commercial Officer chez BuyBay. “Cette année déjà, de plus en plus de plateformes spécialisées dans le re-commerce, de marques et de commerçants en ligne ont adopté cette tendance. Pour 2022, je m’attends à ce que ce mouvement s’établisse encore plus dans le courant dominant”.

Qu’est-ce que le recommerce ?
Le terme “recommerce” est dérivé du terme e-commerce, qui désigne le “commerce électronique”, et du mot Re-, qui signifie “à nouveau” ou “de nouveau”. Le recommerce désigne donc la revente de produits et d’appareils d’occasion, à l’état neuf ou même défectueux. Ceux-ci sont généralement contrôlés et, le cas échéant, réparés ou remis à neuf, puis revendus. Ils reviennent ainsi dans le cycle de consommation et de réutilisation.

Trois arguments en faveur du re-commerce comme l’une des tendances du commerce électronique en 2022

1. Responsabilité des entreprises

Au plus tard après la conférence des Nations unies sur le climat à Glasgow, il est clair que le commerce durable n’est pas un luxe, mais une nécessité. La responsabilité sociale des entreprises (RSE) s’est hissée très haut dans l’agenda 2022 de nombreuses entreprises.

D’un côté, de nombreuses entreprises se sentent responsables et souhaitent contribuer de manière ciblée à une économie et une société plus durables. D’autre part, elles sont également tenues par des lois ou des réglementations – par exemple en ce qui concerne le traitement des produits contenant des composants électriques : des smartphones et ordinateurs aux réfrigérateurs en passant par les machines à café. Le thème des déchets électroniques est un point merveilleux de l’agenda européen et allemand de la durabilité. Selon une publication récente du ministère fédéral de l’Environnement, l’Allemagne produit 20 kilos de déchets électroniques par an et par habitant, ce qui représenterait plus de 1,5 million de tonnes au total. L’Allemagne n’atteint pas non plus l’objectif de l’UE de 65 % pour le taux de retour de l’électronique – jusqu’à présent, seuls 44,3 % des appareils électriques et des composants y sont recyclés. La loi révisée sur les appareils électriques et électroniques (ElektroG) prévoit à partir de 2022 de nouvelles obligations pour la reprise des appareils électriques usagés ainsi qu’une meilleure information des consommateurs.

Bien entendu, il est encore mieux de laisser les appareils en usage plus longtemps que de les recycler. C’est pourquoi le “devoir de garde pour les commerçants” doit être davantage ancré dans la loi sur le recyclage (KrWG). Il s’agit notamment de l’interdiction de retirer du marché les appareils électriques et électroniques avant ou après leur renvoi au distributeur par une élimination, lorsque ceux-ci seraient encore utilisables après une remise en état ou un retraitement. Par conséquent, en 2022, de nombreux fabricants et distributeurs devront se pencher sur la question du retraitement et de la revente des produits électriques.

2. les consommateurs recherchent de manière ciblée des fournisseurs durables

La prise de conscience croissante des problèmes environnementaux mondiaux influence également le comportement d’achat des consommateurs : 66% des consommateurs interrogés dans le cadre d’une récente étude CapGemini portant sur neuf pays différents choisissent des produits ou des services également en fonction de leur “caractère écologique”. Les jeunes générations d’acheteurs, en particulier, préfèrent les marques qui défendent un sens et un but profond de manière authentique et compréhensible et exigent également des commerçants qu’ils agissent de manière éthique. Selon les analystes, l’attitude de ce groupe a des répercussions massives sur le comportement des consommateurs. En effet, il utiliserait très consciemment son influence et son pouvoir d’achat pour imposer ses propres valeurs.

Des études montrent que de plus en plus de consommateurs recherchent activement des produits d’occasion, des produits B, des articles reconditionnés et revendus : sept personnes interrogées sur dix ont déclaré avoir essayé ou vouloir essayer d’acheter des produits d’occasion, réparés ou remis à neuf. Parmi ceux qui ont essayé, 84% prévoient de faire leurs achats de cette manière à l’avenir. L’intérêt à soutenir activement une “économie circulaire” est encore plus marqué chez la génération Z et les Millennials : près de huit personnes interrogées sur dix ont déclaré avoir acheté ou vouloir acheter des produits d’occasion.iii

Les acheteurs eux-mêmes ont ainsi joué un rôle moteur dans le boom du re-commerce dans le commerce en ligne. En effet, selon des statistiques récentes, 78 % des consommateurs préfèrent acheter des produits d’occasion en ligne plutôt que dans le commerce stationnaire.

3. Nouveaux groupes d’acheteurs et potentiels commerciaux grâce au positionnement de la marque

Il est donc de plus en plus important pour les fournisseurs de pouvoir développer leur propre image de marque en agissant de manière visiblement durable afin de pouvoir se positionner auprès des acheteurs. Face à la concurrence croissante du marché en ligne très disputé, l’utilisation consciente des ressources, comme les produits retournés, offre une bonne possibilité de se démarquer de la concurrence.

Parallèlement, le recommerce offre la possibilité de gagner de nouveaux groupes d’acheteurs pour sa propre plateforme ou marque. Car si 42%  des consommateurs achètent des produits d’occasion ou de recommerce parce que cela permet de préserver les ressources, le prix attractif joue également un rôle décisif. 56 % des consommateurs souhaitent économiser lors de l’achat et 36 % achètent des produits d’occasion qu’ils ne pourraient pas s’offrir autrement.

Les produits de recommerce offrent généralement un rapport qualité-prix particulièrement intéressant. Par exemple, les acheteurs peuvent acquérir un produit présentant une petite rayure ou d’autres défauts marginaux avec une réduction significative par rapport à son équivalent sorti d’usine.

Recycler est rentable
Dans le même temps, la vente par le biais du recommerce de produits retournés, de surplus de marchandises ou de produits légèrement endommagés est également plus rentable pour les fournisseurs que de nombreuses pratiques antérieures. Dans le cadre de la vente traditionnelle de ces marchandises à des acheteurs en gros, les produits atteignent souvent moins de 10 % de leur valeur initiale. En tant que produits de re-commerce, les marchandises peuvent être vendues à de nouveaux propriétaires de manière beaucoup plus rentable sur des places de marché, des plateformes d’enchères ou des boutiques en ligne propres, après un contrôle de qualité, une évaluation et, le cas échéant, une remise en état – en interne ou avec l’aide d’un partenaire spécialisé.

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria" Réagissez à ce post en laissant vos commentaires ! Cominmag.ch c'est aussi Cominmag Live et en podcast

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch
Daily Newsletter