Actualité

#Chronique – L’empathie passe aussi par le choix des illustrations

L'UX par temps de crise..

Chronique écrite par Mark Chouadra, Head of UX Competencies Center chez Elca

Nous vivons une époque incertaine. La distanciation sociale et le changement climatique font planer une empreinte sombre. En tant que concepteurs d’UX, il ne suffit plus de penser d’abord en termes de fonctionnalité, il nous faut désormais imaginer des interfaces qui soient agréables, rafraîchissantes, attentionnées, plus empathiques et chaleureuses que jamais. Tous les points de contact doivent transmettre à l’utilisateur : Nous venons du même monde, nous vous comprenons Nous sommes là pour vous aider et vous avez le contrôle.

Deux exemples pour illustrer ce propos.
Le premier est basé sur l’utilisation d’illustrations qui obligent à se concentrer les messages, donc à diviser les processus en parties plus simples. Ainsi, elles tendent à atteindre de nombreux objectifs que nous recherchons :
* Rafraîchir les interfaces utilisateur standard, attendues… ennuyeuses
* Donner de la personnalité et de l’unicité
* Connecter émotionnellement l’utilisateur au contenu
* Communiquer sur l’accessibilité et la proximité
* Récompenser la découverte en rendant le look & feel plus agréable et ludique

Il convient de noter que tous ces aspects sont non seulement bénéfiques pour l’application elle-même, mais aussi pour la marque, en consolidant positivement sa communication visuelle.

Lorsque vous dessinez des illustrations, il est bon de garder à l’esprit trois conseils :
* Les gens se connectent plus facilement avec des illustrations contenant des êtres humains
* Les illustrations avec une touche de nature sont perçues plus positivement que les autres
* La légèreté et l’humour sont toujours appréciés

La recette n’est toutefois pas si simple. Pour réussir, une illustration ne doit pas être utilisée comme des pièces décoratives, mais doit être proposée comme un principe fondamental de la conception globale : l’effort pour la légèreté, l’accessibilité et la simplicité sont la promesse d’un ton amical et cohérent.

Le second ingrédient qui fonctionne assez bien pour pimenter une application est l’utilisation du motion design et en particulier de l’animation de l’interface utilisateur.

Sur les téléphones portables, nous le connaissons bien ce procédé. Nous y sommes même tellement habitués qu’une application sans mouvement ne semble pas naturelle et souhaitable. Récemment, nous avons remarqué un changement dans les demandes de nos clients, qui exigent des applications avec des interfaces natives au lieu d’interfaces basées sur le web – le web étant toujours perçu comparativement comme un média statique, page par page (ce qu’il n’est pas, mais c’est pour une autre histoire).

La transformation progressive d’une page en une autre donne un sentiment de satisfaction à l’utilisateur, qui perçoit donc l’interface comme un ensemble réassurant. Elles semblent communiquer entre-elles : – Vous voyez, ce qui se passe, vous pouvez le suivre, c’est ce que vous cherchiez et il y a une simple corrélation avec ce que vous venez de voir.

Néanmoins, le motion design doit être soigneusement élaboré pour être efficace. Des transitions subtiles aux animations plus marquantes, chaque mouvement ne doit exister que dans le seul but de servir le récit.
Il y a d’autres leviers à lever pour mettre en avant les applications, certaines sont plus appropriées à une marque qu’à d’autres. Raison pour laquelle, il est important d’en discuter avec un spécialiste en UX.

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria" Réagissez à ce post en laissant vos commentaires ! Cominmag.ch c'est aussi Cominmag Live et en podcast

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch
Daily Newsletter