Actualité

Etude : pourquoi l’actualité des chaînes privées est plus “sombre” que celles du service public ?

Alfred-Joachim Hermanni, directeur de la gestion des médias et de la communication à la SRH Fernhochschule – The Mobile University, et Tatjana Schiller, diplômée de sa maîtrise, ont analysé,  pendant une semaine, le contenu médiatique des programmes des chaînes dallemande et alémaniques publiques et privées :  “Tagesschau”, “heute” et  “RTL Aktuell”, “Sat. 1 Nachrichten”. Les contributions ont été évaluées pour leur valeur neutre, négative ou positive ainsi que pour les catégories de sujets.

“Dans la semaine analysée, 146 articles ont été caractérisés par le négativisme,123 étaient neutres et neuf étaient positifs. L’orientation négative était surtout perceptible dans les domaines de la politique sociale et de la politique étrangère. La politique intérieure, en revanche, s’est avéré largement neutre. Dans l’ensemble, la perception prédominante transmise par les reportages est la négativité”, explique Tatjana Schiller.  Le professeur Hermanni explique pourquoi la politique intérieure reste largement neutre : “Les chaînes de service public sont tenues de trouver un équilibre, et elles remplissent ce mandat en particulier en ce qui concerne les questions de politique intérieure. La raison ?  les représentants des partis siègent aux conseils de surveillance et contrôlent les rapports dans leur propre intérêt.”

Une comparaison des émissions d’informations publiques et privées a montré que le “Tagesschau” présentait le plus grand équilibre entre les contributions négatives et neutres. Dans le cas du programme de service public “heute”, la valence négative prédominait au minimum. Une image similaire était également visible dans “Sat. 1 Nachrichten”. Le programme “RTL Aktuell”, en revanche, a montré une couverture négative nettement plus élevée. Il y a eu un total de 50 rapports négatifs, 36 neutres et seulement six positifs. “L’une des raisons de cette domination négative est que ce sont les sujets sociaux qui ont reçu le plus de temps d’antenne. Comme l’analyse l’a montré, ce genre d’émissions est clairement négatif dans toutes les émissions “, déclare Tatjana Schiller. Les questions sociales comprennent les rapports d’accidents tels que les vols, les crimes, les décès et les problèmes environnementaux.

“Cette illustration du monde a un impact sur la façon dont les téléspectateurs vont penser et vivre et par incidence sur les événements mondiaux. Dans ce contexte, la question se pose de savoir pourquoi les informations télévisées ne reflètent pas plus fortement les événements positifs qui se produisent quotidiennement dans le monde entier”, conclut le professeur Hermanni, spécialiste des médias.

Photo by Jovaughn Stephens on Unsplash

Tags
Voir plus

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer