Tendances

Myspace, ou le phoenix du web

Peut-on renaître de ses cendres ?
out le monde se pose la même question depuis 2 jours suite à la diffusion de la vidéo de promotion du nouveau Myspace.

Myspace fût le pionnier de l’ère sociale, mais tel le papillon qui se brûle les ailes en s’approchant de la lumière, il s’était vu rapidement dépassé et voler la vedette par facebook. N’innovant plus et se reposant sur ses lauriers, la machine à succès s’était grippée.
Facebook le rouleau compresseur était né.
Myspace agoniserait.

Alors que tout le monde ne jure plus que par facebook ou twitter, on se rend compte que ces géants peinent à innover. Ni Google+, qui ne semble pas trouver le chemin de l’audience, ni facebook, ni twitter n’ont produit d’innovation significative ces derniers temps. Pas de révolution de design. Pas de révolution d’ergonomie. Pas de révolution de leur business model.
Ceux qui font la révolution aujourd’hui sont les instagram, pinterest que ces grands essayent de s’arracher à coups de millions. Demain ce sera thefancy (j’en reparlerai).

A les regarder de plus près, il semble évident que la machine à innovation pour eux, c’est devenu la planche à billets. Comme s’ils ne pouvaient plus se réinventer.
C’est la raison pour laquelle le web est certainement en émoi devant la sortie de Myspace. Car se réinventer est la chose la plus délicate qui soit.

Alors que seule une vidéo circule, il est difficile de prédire le succès futur de la plateforme (re/rencontrera-t’elle son audience ?). Mais voici les raisons qui me font imaginer que le succès sera au rendez-vous :
– la plateforme a été rachetée par Specific media, entreprise issue de la Silicon Valley avec à son board Justin Timberlake, un des social media fan de la première heure. Né avec Internet, il vit et pense Internet (rappelons que l’ancien propriétaire, Murdoch, était plutôt un magnat « traditionnel »). Et surtout il pense communauté.
– ils ont écouté, analysé les enseignements de leur douloureuse défaite et ont choisi un positionnement qui n’est pas de devenir un « other » facebook, mais de devenir eux-même : « It’s going to focus more narrowly on becoming a social home for musicians, artists, celebrities—and their fans. »
– ils ont emprunté ce qui se faisait de mieux sur Internet, que ce soit en terme d’interface mobile (ils ont beaucoup emprunté à l’interface ipad de twitter) ou de présentation graphique (pinterest dont ils se sont totalement inspirés)
– au final, ils ont repris l’adn de Myspace (la musique, l’image) en modernisant le tout avec un design ultra sobre et graphique à la fois, directement inspiré du Swiss design
– ils ont pensé tactile avec une interface qui coulisse et bouge comme une application mobile au lieu de penser web
– ils ont tout misé sur la visualisation

Racheté 35 millions de dollars, ce phœnix va bousculer tous les aprioris que nous avions. Tel Apple qui s’est réinventé au retour de Jobs, qui avait su tirer les leçons de ses erreurs, cette entreprise semble avoir tous les ingrédients pour nous surprendre et remporter son pari.

Sandrine Szabo

Tags

sandrine@cominmag.ch

http://blog.profession-web.ch

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag
Daily Newsletter