Actualité

Quel est l’impact du numérique sur l’écologie ? Tout dépend de ce qu’on utilise !

Quel est l’impact des produits numériques sur la protection du climat ? Pour le savoir, l’Université de Zurich (Institut informatique), l’Institut Gottlieb Duttweiler (GDI), Swico et Swisscleantech ont lancé une étude, financée par Swico. Onze produits ou services issus de cinq secteurs différents ont été passés au crible et accompagnés d’options d’action possibles pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Contexte
L’utilisation de produits et de services numériques a continué d’augmenter ces dernières années en raison de la pandémie COVID-19, tant dans la vie professionnelle que dans la vie privée. Ainsi, les gens utilisent plus souvent que jamais des systèmes de vidéoconférence et des services en nuage pour travailler à domicile, commandent de plus en plus de produits par correspondance en ligne et accèdent à un choix inépuisable de vidéos et de morceaux de musique via des plateformes de streaming. Étant donné que l’utilisation de produits numériques entraîne de profonds changements dans la vie professionnelle et privée, la question se pose de savoir dans quelle mesure ils contribuent à réduire ou à augmenter le taux d’émission de gaz à effet de serre et constituent donc plutôt une chance ou un obstacle à la réalisation des objectifs de protection du climat.

A chaque secteur son impact :

Pour les lecteurs de livres électroniques et les journaux en ligne, l’effet de mise à disposition et l’effet d’application sont à peu près équivalents. Pour ces produits, il est possible que les utilisateurs se procurent de nouveaux appareils de lecture, dont la fabrication nécessite beaucoup de matériaux et d’énergie. La part d’une opération de lecture dans la fabrication des appareils peut, en fonction de la durée de vie effective de l’appareil, générer davantage d’émissions de GES que la fabrication du produit imprimé correspondant. Les fournisseurs de terminaux devraient donc veiller à ce que leur fabrication soit aussi efficace que possible en termes de GES et à ce que les appareils puissent être utilisés le plus longtemps possible, de sorte qu’au total, le nombre de nouveaux appareils à fabriquer soit le plus faible possible. Les utilisateurs ne devraient pas utiliser à la fois les services en ligne et les services imprimés, acheter le moins de terminaux possible et les utiliser le plus longtemps possible.

Pour les produits MaaS, planification d’itinéraire et navigation, bureau à domicile, réunions/conférences virtuelles, vente par correspondance en ligne et agriculture de précision, l’effet d’application est nettement plus pertinent que l’effet de fourniture. Ces produits offrent, du moins en théorie, un potentiel élevé de réduction des émissions de GES dans les secteurs du transport, du bâtiment et de l’agriculture. On peut toutefois se demander dans quelle mesure ce potentiel se réalise, car de nombreux produits peuvent également être utilisés de manière complémentaire à des alternatives conventionnelles (par exemple, une vidéoconférence ne remplace pas nécessairement un voyage en avion) ou même entraîner une surconsommation (par exemple, le MaaS peut augmenter le trafic motorisé). Il est donc essentiel de veiller à ce que l’utilisation du produit numérique permette effectivement d’éviter les alternatives conventionnelles à forte intensité de GES, grâce à une conception appropriée du produit et à des réglementations efficaces.

Dans le cas des services de livraison de repas, il n’a pas été possible de déterminer clairement si l’effet de la fourniture est plus pertinent que l’effet de l’utilisation, ou inversement. Cela est dû au fait qu’il n’existe pas suffisamment d’études pour déterminer si la cuisine à domicile génère moins d’émissions de GES que la cuisine au restaurant et la livraison des repas. Sur la base des études réalisées jusqu’à présent, il est toutefois clair que les services de livraison de repas génèrent moins d’émissions s’ils utilisent pour la livraison le moins d’emballages possible et si possible respectueux du climat et des véhicules de livraison si possible respectueux du climat.

Le streaming d’un film génère moins d’émissions de GES qu’un DVD qui doit être fabriqué et livré ou récupéré, même si l’on tient compte de la fabrication et de l’exploitation des terminaux, réseaux et centres de données nécessaires au streaming. Toutefois, l’effet de rebond s’est déjà produit ici : Alors qu’il fallait autrefois acheter un DVD pour 30 francs dans un magasin, les vidéos peuvent aujourd’hui être consommées confortablement et à moindre coût via des plateformes Internet. Comme il est désormais moins cher de regarder des vidéos en streaming, les gens passent une plus grande partie de leur temps à regarder des vidéos, ce qui peut même augmenter la consommation d’énergie et les émissions de GES en fin de compte.

Conclusion

Les produits numériques (y compris les services basés sur les infrastructures et les terminaux numériques) ont des effets très différents sur les émissions de GES. Selon le produit, il peut en résulter une réduction ou une augmentation des émissions par rapport aux produits conventionnels. Dans de nombreux cas, l’expression concrète d’un produit par les fournisseurs et les consommateurs a également une influence considérable sur la saisie d’une opportunité pour atteindre les objectifs suisses de protection du climat ou, à l’inverse, sur la création d’un nouvel obstacle sur la voie de formes de production et de consommation respectueuses du climat. Les mesures nécessaires pour mettre les produits numériques étudiés au service de la protection du climat varient d’un produit à l’autre.

En ce qui concerne les mesures nécessaires, les produits peuvent être classés en trois catégories :

  • −  Pour des produits tels que la vidéo et la musique en streaming, il s’agit avant tout de les mettre à disposition de la manière la plus efficace possible en termes de GES, tout en évitant d’augmenter massivement la consommation.
  • −  En ce qui concerne les lecteurs de livres électroniques et les journaux en ligne, les fournisseurs et les utilisateurs doivent avant tout veiller à ce que peu de nouveaux appareils soient (doivent être) achetés pour leur consommation, car leur production est gourmande en matériaux et en énergie.
  • −  Les produits MaaS, le calcul d’itinéraires et la navigation, le bureau à domicile, les réunions/conférences virtuelles, la vente à distance en ligne, les services de livraison de repas et l’agriculture de précision offrent un potentiel théorique élevé de réduction des émissions de GES dans les secteurs du transport, du bâtiment et de l’agriculture. On peut toutefois se demander dans quelle mesure ce potentiel se concrétise, étant donné que ces produits peuvent également être utilisés de manière complémentaire aux alternatives conventionnelles, voire entraîner une surconsommation. Il est donc important de veiller à ce que l’utilisation du produit numérique permette effectivement d’éviter les alternatives conventionnelles à forte intensité de GES, grâce à une conception appropriée du produit et à des réglementations efficaces.
Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria" Réagissez à ce post en laissant vos commentaires ! Cominmag.ch c'est aussi Cominmag Live et en podcast

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag.ch
Daily Newsletter