Actualité

Quelle est l’influence des médias suisses et des médias sociaux sur la formation de l’opinion ?

Etude Monitoring médias Suisse de l'OFCOM

Pour l’heure, le potentiel des médias sociaux pour la formation de l’opinion reste limité au niveau national. C’est en Suisse romande que les médias sociaux revêtent le plus d’importance à cet égard; ils y jouent un rôle similaire à celui des médias imprimés et supérieur à celui des offres en ligne. Ce constat émane du Monitoring médias Suisse,  l’OFCOM. Ce site interactif montre le potentiel d’influence des différents types de médias – presse imprimée, radio, TV, médias en ligne – sur la formation de l’opinion.

Le Monitoring médias Suisse est publié pour la deuxième fois. S’agissant des offres de médias, les changements sont dans l’ensemble faibles: les valeurs de la télévision et de la radio sont presque inchangées. L’imprimé a perdu une partie de son potentiel d’influence sur la formation de l’opinion dans toutes les régions du pays, tandis que celui des offres en ligne a augmenté.

Ceux qui comptent
Les résultats montrent que la télévision reste la plus influente sur la formation de l’opinion en Suisse, suivie par la radio, la presse imprimée, les médias en ligne et les médias sociaux. Cette domination est particulièrement prononcée en Suisse romande et en Suisse italienne, où le pouvoir d’opinion de la TV est beaucoup plus important que celui de la radio et la presse. Même si en Suisse alémanique la télévision est également le principal média d’influence, la radio et la presse y jouent toutefois un rôle plus marqué qu’en Suisse latine. Les offres en ligne se trouvent en queue de peloton dans les trois régions du pays.

Pour la première fois, l’étude montre le potentiel d’influence des médias sociaux sur la formation de l’opinion en Suisse. Pour l’ensemble de la Suisse, il reste limité: les médias sociaux figurent loin derrière les offres de médias classiques. En Suisse romande, ils ont toutefois davantage de poids que les offres en ligne et autant que les médias imprimés.

Ces données se réfèrent à l’utilisation générale de l’information au sens large qui porte sur la politique, l’économie, la société, la culture et le sport. Le Monitoring médias Suisse ne fournit toutefois aucune indication sur l’utilisation ponctuelle des médias lors d’événements politiques tels que des votations ou des élections.

Etude de l’OFCOM
Le Monitoring médias Suisse est basé sur les données de trois modules de recherche coordonnés. Dans le premier module, le rôle des différents médias dans la formation de l’opinion individuelle de la population suisse a été étudié au moyen d’un sondage représentatif. Dans le deuxième module, les chercheurs ont évalué les données provenant d’études établies dans le domaine de la recherche appliquée sur les médias afin de déterminer le poids des divers médias dans le marché du public. Dans un troisième, la situation de la propriété et de l’actionnariat sur le marché suisse des médias a été étudiée sur la base de rapports annuels, d’études de la branche et d’une observation permanente du marché. Le tout est présenté dans une base de données constamment mise à jour.

Le Monitoring médias Suisse fait partie de la recherche de l’OFCOM dans le domaine des médias qui examine notamment les prestations des programmes ainsi que l’acceptation par le public des stations de radio et de télévision avec mandat de prestations. Il a fait l’objet d’un appel d’offres de l’OFCOM selon la procédure prévue par l’OMC. Un premier mandat de quatre ans a été attribué à Publicom SA, à Kilchberg.

Tags
Voir plus

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer