Actualité

Sondage – Télétravail, école à distance, e-commerce et produits locaux : les nouveaux comportements qui vont perdurer

Etude Colombus Consulting

Le cabinet Colombus Consulting a réalisé une enquête d’opinion pour évaluer le niveau de confiance actuel des Suisses et mesurer l’impact de la crise sanitaire Covid-19 sur les perspectives d’achat et d’investissement des consommateurs, mais aussi leur perception de cette crise sur leur futur. Cette étude réalisée auprès de plus 1000 personnes en Suisse du 15 au 24 mars, offre un premier éclairage des conséquences à attendre sur les dépenses par secteur et établit des mesures de référence qui permettront de suivre un potentiel retour à la normale.

Les chiffres clé

● Les Suisses restent confiants malgré la situation actuelle (43 %). Sans surprise, la crise du coronavirus génère malgré tout un fort sentiment de méfiance, avec un net recul de la confiance par rapport aux 12 derniers mois chez 52 % des répondants.
● 44 % des particuliers en Suisse prévoient d’annuler tout ou partie de leur dépenses ou investissement initialement prévus avant la crise.
● Les achats et investissements des ménages se maintiennent dans les secteurs de première nécessité tels que : l’alimentaire (75%) – alcool et tabac (51%) – médias (50%) – l’éducation, l’assurance et la santé (49%)
● Les achats et investissements des ménages sont repoussés ou annulés dans certains secteurs. Sont particulièrement concernés :
l’automobile (67%) – le luxe (74%) – les loisirs (83%)
● 35% des consommateurs estiment qu’ils changeront leurs critères d’achats (bascule vers des produits locaux, des circuits courts ou des points de ventes plus petits ou à taille humaine).
● 33% des répondants se positionnent pour des produits alimentaires locaux.
● 25% des répondants estiment qu’ils privilégieront les circuits courts.
● Entre 24% et 51% des ménages désirent une expérience d’achat plus digitale et à distance sur certaines catégories (alimentaires, médias, éducation, assurance, bien- être).
● 65% des Suisses estiment que le système éducatif est bien préparé pour un enseignement à distance ou qu’il saura suffisamment bien s’adapter.
● 80% des employés suisses souhaitent à l’avenir des options de télétravail plus fréquentes et communes.

Une Suisse prudente qui arbitre ses dépenses
L’altération de la confiance des ménages (56% déclarent être moins confiants qu’il y a 12 mois) liée à l’émergence et la propagation du Covid-19 entraîne une prudence financière de la part de la population suisse, qui se fait déjà ressentir sur les dépenses planifiées. Si ces dernières se maintiennent dans les secteurs de première nécessité, d’autres sont plus immédiatement touchée avec des reports et des annulations d’achat et d’investissement envisagés. Pour les acteurs économiques dont les pertes de chiffre d’affaires ne seront pas compensées dans l’immédiat mais à moyen terme (« Revenge spend »), de nouvelles expériences digitales peuvent alors être proposées et testées en grandeur nature. Ceci d’autant que les Suisses appellent globalement à davantage d’expériences digitales / à distance. Il revient aux entreprises d’intégrer rapidement ces nouveaux usages amplifiés par la crise du Covid-19.

Distanciation dans les interactions sociales
Pour une majorité des répondants, la situation actuelle remet en question leurs rapports sociaux et leur vie quotidienne. La façon de vivre les loisirs est notamment reconsidérée avec une évolution des interactions sociales et un recentrage sur la famille proche.
Au niveau professionnel, le contexte du Covid-19 démontre que les employés peuvent trouver des conditions de travail efficaces tout en étant à distance (70% évalue positivement cette expérience). Cette expérience de télétravail forcée semble avoir suscité des attentes de plus de flexibilité dans le travail à l’avenir (80%). Pour garder leurs employés et améliorer le bien- être au travail, gage de productivité, les employeurs vont devoir prendre acte de ce retour d’expérience pour faire évoluer les conditions offertes à leurs salariés.

Prise de conscience et plus de durabilité
Pour les Suisses, la mondialisation a accéléré l’émergence de la situation actuelle. Cette prise de conscience qui en découle amène les consommateurs à souhaiter revoir durablement leurs habitudes d’achat en se tournant vers des choix plus écologiques : produits locaux, circuits courts et magasins à taille humaine sont plébiscités, notamment dans des secteurs comme l’alimentaire. Toutefois, « si 43% de nos répondants romands affirment penser à choisir des produits alimentaires plus locaux, il faut voir si ce changement de mentalité sera durable lorsque les conditions reviendront à la normale », conclut Hassan Mouheb, managing partner ayant piloté l’étude.

Accès complet ICI

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer