Articles

Swisscable devient Suissedigital

L’association suisse des câblo-opérateurs, qui s’appelait jusqu’à présent Swisscable, a été rebaptisée Suissedigital. À noter que le mot « câble » a disparu de l’appellation. La raison ? L’association souhaite s’ouvrir à de nouveaux membres, notamment les entreprises de télécommunication. Un seul acteur devra rester devant la porte : Swisscom, le principal concurrent.

Le changement de nom devait être annoncé lors de la conférence de presse du 7 septembre dernier, mais avant d’entrer dans « le vif du sujet », Pierre Kohler, président de Swisscable et candidat jurassien (PDC) au Conseil d’État, s’est d’abord lancé dans une diatribe contre le « monopoliste Swisscom », argumentant que dans la numérisation de la Suisse, les membres de Swisscable avaient une longueur d’avance technique, en ville comme à la campagne, « alors que Swisscom s’était contenté de faire de la surenchère, qui plus est seulement dans les centres. » Swisscable est donc à même de garantir à l’ensemble des 2,6 millions de foyers connectés un accès Internet large bande avec un débit d’au moins 100 Mo/s, les ménages clients de Swisscom n’étant que 800 000 environ à pouvoir profiter de prestations identiques.
Il a ensuite enchaîné sur le véritable sujet de son intervention, déclarant que l’association s’appellerait désormais « Suissedigital » car les quelque 200 membres de Swisscable (dont UPC Cablecom, Naxoo, TéléGenève, Sierre Energie ou les Services industriels de Lausanne) « construisent la Suisse numérique » et « permettent à chacun de se connecter sur l’avenir numérique ».

Pierre Kohler + Simon Osterwalder

(légende photo : Pierre Kohler et Simon Osterwalder)

1er objectif : de nouveaux membres puissants
Mais le public l’a vite compris : le changement de nom est surtout d’ordre stratégique. Le terme de « câble » se limite à une technologie, « digital » est plus général et synonyme d’ouverture. D’ailleurs Suissedigital a choisi de ne plus se concentrer uniquement sur les câblo-opérateurs mais souhaite fédérer tous les types de réseaux de communication, comme l’a expliqué son directeur Simon Osterwalder. Soit, pour parler concrètement, les communes ayant leur propre réseau câblé, les fournisseurs d’électricité avec réseaux de communications, les opérateurs télécoms (Salt, Sunrise…) et les associations de type Open Access ou Swissstream.

Mais l’ouverture a ses limites. « J’ouvre les portes : tout le monde peut nous rejoindre, à condition de ne pas s’appeler Swisscom », a-t-il précisé. Et d’expliquer que Swisscom étant le numéro un global du marché (pour ne pas dire qu’il le domine), il est le grand concurrent pour tous les réseaux de communication. Suissedigital compte donc se positionner comme « une force efficace s’opposant à Swisscom », l’association bénéficiant (contrairement à d’autres) d’un atout incomparable : 15 ans d’expérience dans la concurrence (infrastructures et services).

Second objectif : isoler Swisscom
Suissedigital n’a pas l’intention de démarcher simplement les adhérents et préfère se montrer bien plus offensif. « Dans le cas d’Open Access, je me demande pourquoi nous ne regroupons pas nos deux associations », a déclaré Simon Osterwalder. Et chez Swissstream, dont Swisscom fait aussi partie, il voudrait isoler ce dernier. « Nous demandons aux membres de Swissstream (par exemple Netzstream, Sunrise ou Salt) quelle alliance rapporte le plus. » Des négociations sont en cours à ce sujet.
Simon Osterwalder a également rappelé que Swisscable, Sunrise et Salt (Orange) avaient déjà coopéré dans le passé, ayant fondé il y a quatre ans la société Swisscablenet afin d’obtenir des droits de retransmission d’événements sportifs exclusivement détenus, aujourd’hui encore, par Swisscom. Swisscom les exploite dans la prospection de clients pour son offre de TV payante, et cela fonctionne : les membres de Suissedigital ont d’ailleurs perdu presque 100 000 clients TV en un an.
On comprend donc que Suissedigital observe avec suspicion la co-entreprise unissant Ringier, SSR et Swisscom. Commentaire de Pierre Kohler : « J’ai eu une impression de déjà-vu en entendant parler de ce projet. La bande des trois fonctionne déjà au niveau de la distribution des événements sportifs suisses (situation déjà examinée en profondeur par la COMCO) : en 2011, ils ont convenu des modalités de commercialisation (TV gratuite, payante et droits de marketing) au détriment de nos adhérents et de leur clientèle. Et maintenant la distribution publicitaire touche une nouvelle filière ! Il serait inacceptable et irresponsable que Swisscom puisse tout simplement étendre sa domination à d’autres secteurs sans autre forme de procès. »

Front commun contre Swisscom/Ringier/SSR
Et comment les concurrents Swisscom interpellés réagissent-ils aux avances énergiques de Suissedigital ? Salt voit les choses de façon positive tout en restant sur la réserve et sa porte-parole Thérèse Wenger a répondu qu’étant donné que Suissedigital se positionnait sans Swisscom, l’association serait, « le cas échéant, une solution méritant d’être étudiée ». Chez Sunrise, Markus Werner s’est montré bien plus intéressé : « Nous saluons l’initiative prise par Swisscable/Suissedigital. Le regroupement des intérêts des prestataires parallèles renforce la concurrence et leur positionnement dans le cadre de la révision de la loi sur les télécommunications, où une réglementation rapide de l’accès au réseau fibre doit se faire de toute urgence. Sunrise observe avec intérêt l’ouverture de Suissedigital et envisage d’intensifier la coopération. »
Mais dans un premier temps, Suissedigital lance une campagne (spots télévisés, annonces et communication en ligne) afin de diffuser le nouveau nom. Elle a été confiée à l’agence bernoise Gestalt Kommunikation www.gestalt.ch.)

Tags
Voir plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer