Réseaux sociaux

Tourisme : trois campagnes innovantes et interactives

Capture-d’écran-2014-02-03-à-21.38.15Internet a profondément modifié le secteur du tourisme. Que ce soit pour rechercher des informations sur une potentielle destination, comparer les prix, lire les commentaires d’autres vacanciers ou partager ses photos de vacances sur les réseaux sociaux, les voyages se planifient et se vivent en ligne. Il est donc normal que le secteur du tourisme s’empare du digital pour communiquer, et les campagnes y sont de plus en plus créatives et innovantes.

Zoom sur trois campagnes originales
Comment convaincre les internautes qu’il y a mille choses excitantes à faire à Melbourne ? Partant de cette question, l’office du tourisme de la ville a déployé un concept digital interactif et en temps réel fin 2013. Quatre explorateurs urbains étaient équipés d’un casque avec une caméra retransmettant en direct leur champ de vision sur le site remotecontroltourist.com. Pendant 5 jours, sur le site et via les réseaux sociaux, les faits et gestes des baroudeurs étaient entièrement contrôlés par les internautes qui pouvaient lancer un défi ou proposer une activité à l’un des baroudeurs. Cela a donné lieu à de nombreuses scènes et rencontres inattendues, comme par exemple une demande en mariage sur la plage. L’intérêt d’une telle opération ? Impliquer les potentiels visiteurs et offrir un nouveau regard, plus authentique, en montrant des lieux et des activités insolites à faire dans la ville.

Melbourne, les internautes lancaient des défis aux baroudeurs Melbourne, les baroudeurs équipés de casques avec caméra

Si l’on parle d’implication, la campagne sur Facebook de l’office de tourisme de Cape Town mérite d’être mentionnée. La problématique : comment montrer aux gens les lieux méconnus de Cape Town, sans les envoyer sur place ? Réponse : en faisant voyager leur profil Facebook à la place. Les internautes autorisaient l’application à publier sur leur profil, planifiaient leurs vacances à Cape Town en choisissant les activités à faire pendant 5 jours, puis laissaient l’application les publier sur leur profil, comme s’ils étaient réellement à Cape Town. Le contenu était personnalisé et donnait l’impression que la personne était réellement en vacances à Cape Town. On pouvait par exemple voir des vidéos filmées en caméra embarquée, des photos de repas, des statuts annonçant l’activité du jour…

Résultat, les utilisateurs découvraient des lieux inédits et suscitaient aussi la curiosité de leurs amis. Cerise sur le gâteau, des cadeaux étaient même envoyés à certains participants (comme une bouteille de vin de la région) et quelques chanceux furent tirés au sort pour réellement visiter Cape Town. Avec + 4% de touristes cette année, la campagne fut un succès.

Cape Town, exemple de publication publiée sur le profil des utilisateurs_2 Cape Town, exemple de publication publiée sur le profil des utilisateurs_1

Le dernier exemple n’est pas une initiative touristique, mais aurait parfaitement pu l’être. Il s’agit du projet Night Walk in Marseille. Cette expérience se définit comme « un safari urbain à travers les ruelles du Cours Julien », un quartier de Marseille réputé pour son atmosphère particulière où le street art est roi. Sur le site g.co/nightwalk, il vous faudra chausser vos écouteurs et vous préparer à vivre une expérience immersive originale. Guidé par les voix de deux conteurs, vous déambulerez à 360°, à la façon de Google Street View. Vous pourrez vous aventurer où bon vous semble et cliquer sur différents éléments pour en apprendre plus sur ce quartier nocturne animé. La grande force de cette expérience est de nous donner réellement l’impression d’être sur place et de visiter ce quartier. À l’origine de ce projet, Julie de Muer et Radio Grenouille qui avaient envie de faire découvrir Marseille d’une nouvelle façon, en mêlant sons, images et digital.

On est aujourd’hui conscient de l’importance de créer des campagnes digitales multi-supports, on apprécie donc que l’opération Night Walk in Marseille et la campagne Facebook de Cape Town fonctionnent aussi bien sur mobile que sur ordinateur. En revanche, pour l’office du tourisme de Melbourne, toutes les fonctionnalités du site ne semblent pas être adaptées au mobile. Plutôt dommage lorsqu’on sait que 40% des recherches liées au tourisme se font depuis le mobile.

 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Rester informé

cominmag
Daily Newsletter