Actualité

Les rencontres de KS-CS : Interview d’Olivier di Natale, CEO de GeneralMedia

L’Association faîtière KS/CS Communication a demandé à Patrick Zanello d’interviewer des professionnels de la communication romande. Cominmag profite de ce pont de l’Ascension pour les publier sur sa plateforme afin de compléter la démarche lancée avec ses Cominmag Live auprès des agences de communication romande au temps du Covid-19. 

Nous sommes maintenant dans la 5e semaine de semi-confinement, comment allez-vous chez GeneralMedia ?
En premier lieu, bravo pour cette initiative qui donne un précieux aperçu de la façon dont les acteurs de la communication appréhendent la situation, et merci de me donner la parole. Sur le plan sanitaire tout d’abord, GeneralMedia SA peut se réjouir de la bonne santé et du bon moral affichés par l’ensemble de ses collaborateurs. Bien que deux personnes aient vraisemblablement contracté le Covid-19, leur guérison s’est déroulée sans encombre, n’entraînant aucune conséquence délétère. La situation est malheureusement beaucoup plus délicate sur le plan financier. Comme vous le savez, GeneralMedia SA est un éditeur spécialisé dans les domaines de la restauration, des loisirs, de la culture et du cinéma. Quatre secteurs touchés de plein fouet par les mesures de fermeture édictées par le Conseil fédéral. Et quand nos partenaires de toujours tirent la langue, nous sommes fatalement impactés à notre tour. Et plutôt lourdement en l’occurrence: qu’il s’agisse de nos magazines, de nos plateformes web ou de nos guides de réductions, tous nos produits sont mis en sommeil et voient leur sort lié à l’évolution de la crise.

GeneralMedia SA compte 54 collaborateurs qui, tous secteurs de métier confondus, voient leur travail considérablement affecté par la situation. Puisque tout tourne au ralenti ou est à l’arrêt, nous n’avons eu d’autre choix, au même titre que la plupart des entreprises de notre secteur, que de mettre une partie de l’équipe au chômage technique. Ainsi des commerciaux, des chefs d’équipe ou encore des coordinateurs. Seule une frange de collaborateurs poursuit ses tâches en télétravail : quatre journalistes travaillent à taux réduit afin de continuer à alimenter les sites web et dans une moindre mesure les réseaux sociaux (et ce bien qu’il soit impossible en l’état actuel de proposer des sorties à faire), tandis que les équipes de la webfactory et du webmarketing (UX et codeurs), elles aussi à taux réduit, s’attèlent à maintenir les sites en ligne et à poursuivre nos futurs projets.

C’est quoi le monde d’après pour vos médias ?
Pour le futur proche, nous réfléchissons à créer des opérations de soutien à l’égard de nos principaux partenaires, principalement les restaurateurs et les prestataires de loisirs en Suisse. Deux chouettes projets sont d’ores et déjà en gestation. A court terme toujours, nous préparons une édition inédite du magazine Loisirs.ch pour cet été. Un numéro spécial reprise placé sous le thème « Eté 2020 – TOUS EN SUISSE! », dont l’objectif sera d’inciter les lecteurs à (re)découvrir les richesses de la Suisse, tant au niveau des loisirs, que des paysages et du patrimoine culturel. A plus long terme, une grosse partie du travail consistera à accélérer notre transformation numérique. C’est dans cette optique que nous nous apprêtions à lancer cet été notre nouvelle plateforme www.week-end.ch . Un gros projet sur lequel nous travaillons depuis 2 ans et dont la sortie sera malheureusement reportée à la fin de l’année au vu des circonstances. Toujours au sujet de nos plateformes (culture, cinémas et loisirs), nous travaillons également à minimiser notre dépendance à la publicité, à développer d’autres sources de revenus et également à favoriser l’information payante. Un virage déjà amorcé avant la crise sanitaire, mais qui va assurément connaître un coup d’accélérateur. Ensuite, comme vous le savez, chaque crise apporte son lot d’opportunités, à condition d’avoir le nez creux, du financement et de savoir se réinventer. Je reste donc à l’affût des opportunités du marché dans les semaines et mois à venir.

Si on parle un peu business, quels sont tes gros challenges à venir ?
Ce n’est pas un secret, une grande partie de notre chiffre d’affaires provient de nos guides de réductions dans les domaines des loisirs et des restaurants. Nous devons donc suivre attentivement l’évolution de ces deux secteurs particulièrement impactés par la crise, de manière à être le plus réactif possible. Concernant les magazines et les plateformes web, nous avons bon espoir qu’une fois la crise passée, les gens auront hâte de sortir de chez eux. Nous sommes déjà à pied d’œuvre pour jouer, en temps voulu, le trait d’union entre les activités et le public. Au sortir de la crise, les prestataires de loisirs auront grand besoin de retrouver leur clientèle et nous devrons être là pour les y aider. Un été chargé en perspective ! A l’heure actuelle, nous faisons face à des annulations de campagnes de publicité pour cet été à hauteur de plus de 1’200’000.- de CHF. Nous allons donc également devoir réduire la voilure pour certains produits tout en redonnant du jus à d’autres. Notre chance dans le marasme actuel, c’est que nous proposons des produits très appréciés, tant par les clients que par les annonceurs.

Dans cette période spéciale, quel livre, quelle série, quelle chanson recommandes-tu aux membres de CS ?
C’est un grand classique du moment, mais impossible de ne pas parler du livre « Sapiens : Une brève histoire de l’humanité », une captivante vue d’ensemble de l’évolution de l’humain signée Yuval Noah Harari. Je l’ai relu pour la troisième fois, avec toujours autant de fascination ! Le livre s’articule autour de l’argument selon lequel l’homo sapiens est devenu l’espèce dominante en ceci qu’il est le seul capable de coopérer avec ses semblables. Harari aborde les plus grandes questions de notre histoire de manière vulgarisée et précise. Son propos résonne d’autant plus fort à l’heure actuelle qu’il nous plonge dans toutes les crises que l’humain a dû affronter de l’âge de pierre jusqu’à aujourd’hui. Une bonne manière au final de relativiser quelque peu la crise que nous traversons actuellement. Efficace, limpide, à mettre entre toutes les mains ! Et pour poursuivre avec une touche d’espoir, un deuxième livre indispensable : « Découvrir un sens à sa vie » de Viktor E. Frankl. Le témoignage frappant d’un homme ayant survécu à des années passées dans des camps de concentration, et qui nous donne au passage une sacrée leçon de vie et un puissant antidote à tous les maux du monde moderne ! Une œuvre majeure qui figure parmi les 10 ouvrages les plus influents au monde, à lire absolument durant ce confinement.

Tags

Victoria Marchand

"Signé Victoria", suivez les humeurs de la red' en chef de com.in... Et réagissez en y laissant vos commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer